Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 19:38

Je me méfie de cette notion d'amitié. Celà est quoi un ami, en dehors de ce qu'une définition encyclopédique peut dire ?

 

Le + étrange dans la notion d'amitié, c'est que curieusement, l'ami est-il quelqu'un qui vous lâche, ou est-ce vous qui lâchez l'ami ? Dans toutes ma vie, jamais je n'ai compris ce qu'est un ami, à part un mot. Dans un test de jeu vidéo concernant Gabriel Knight 2 de Sierra-on-line, le test du jeu en question indiquait une hypothèse interrogative : s'agit-il d'un ami ou d'un allié ?

 

Un ami ne serait donc pas un allié, et un allié serait bien plus qu'un ami. L'ami peut vous laisser tomber, ou invoquer l'amitié pour transgresser un principe. Le policier va-t-il ne mettre d'amende à un automobiliste parce que c'est un ami, ou va-t-il se prévaloir du principe d'égalité de chacun devant la loi ? Je me pose la même question quand il s'agit d'un membre de la famille.

 

Mais si l'allié est plus qu'un ami, l'allié est-il plus exemplaire et pas hypocrite contrairement à l'ami ? Vous pouvez comptez sur un allié si son aide semble indispensable parce que vous n'avez plus les moyens de vous sauver vous-même. Et si l'allié vous demande de l'aide, vous mêmes seriez probablement prêt à l'aider si vous en avez les moyens, et si sa demande est légitime. L'allié n'abuse pas de l'aide qu'il demande, et ne pas demander l'aide est une démarche morale de haute considération, l'allié est mieux qu'un ami, et il n'est pas un pique-assiette. L'allié est fiable, qui sait si vous avez besoin de renfort tout comme lui peut avoir besoin de votre présence.

 

L'ami est volatile : soit il est intensément actif d'un point de vue relationnel, mais du jour au landemain, l'ami peut disparaitre, puis réapparaitre en étant convaincu que vous vous souvenez de lui. Hors, bien souvent, l'ami reviens des temps immémoriaux pour dire "tu te souviens de moi" et curieusement, celui qui se dit ami n'a été que démonstration d'ingratitude, de dégout, ou tous simplement de mépris. Qui n'a jamais entendu "c'est un ami à vous" ou encore "je suis un ami", au passage un bien vacillant mot de passe.

 

En fin de compte, il faut peut-être distinguer les ami par catégorie :

 

- L'ami pot-de-colle : Même quand il n'est pas invité, il vient.

- L'ami lointain : Il se souvient de vous, ou peut-être même que vous vous souvenez de lui, mais seul le visage est familier, ce qu'il est ne veut rien dire pour vous, et vous ne l'avez jamais vraiment connus.

- L'ami de promotion / de travail : Vous vous cotoyez, vous le voyez souvent et vous vous parlez beaucoup. Mais il suffit que les vacances arrive, et cette amitié de circonstance part à la dérive. Et une foi les vacances finis, il revient. L'ami de travail n'est qu'un collègue, rien de mieux, et les difficultés ne l'engagent pas toujours à vous aider, il est un ami, pas un allié.

 

Quelque fois, dans la vie, vous faites connaissance avec quelqu'un avec qui vous parlez beaucoup. Vous parlez de tous et de rien sans chercher à refaire le monde ou à politiser la conversation. Vous parlez librement de ce que vous critiquez, de ce que vous aimez, et quand l'entente est bonne et peut-être si la confiance est là, l'un ou l'autre parle de soi sans craindre d'opinion tout faite ni la médisance. Et dans cette conversation après, les deux individus existent entièrement et de façon harmonieuse. Dans un sens, l'autre est de votre famille, c'est quelqu'un que vous appréciez tel qu'il ou elle est, et dans cette fabuleuse construction humaine, en ce qui me concerne, j'ai l'impression parfois que si je dis quelque chose de travers ou si je fais quelque chose de travers, j'ai peur de perdre l'autre et indirectement casser une partie de moi-même dans cette perte. Le proverbe dangereusement lucide me revient : "Ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier". Et peu importe si il s'agit d'une séparation ou de la mort, mon tracas consiste à préserver vainement ce qui disparait, et ne se répare plus. La seul moyen de digérer la douleureuse perte morale d'une consruction, c'est encore l'Oubli. L'Oubli est la seule justice qui reste pour ne pas vivre le semblant de vie avec remords et regrets.

 

Dans cette relation pour la 1ère fois réellement positive et humaine, j'étais triste et souffrais beaucoup, peut-être parce qu'auparavant, j'ai toujours connus en proportion plus de conflits que de relations intéressantes, et que je fais l'expérience de la désillusion du bonheur. J'ai mal. Je n'ai jamais dis à cette personne que c'était une amie, ni un membre de la famille ni un allié. Si je n'ai pas catégoriser la relation avec cette personne, c'est peut-être que j'ai fais l'expérience moralement valorisante mais terriblement passagère d'une relation positive. Mais comme à l'accoutumée, j'ai perdu le contact, et comme la personne n'est pas dans la même galère que la mienne, et que sa situation s'est améliorée, cette 1ère relation positive que j'ai miraculeusement construite est déjà anéantie.

 

Mon esprit est-il si conservateur au point de considérer instinctivement la loyauté ou fidèlité ( je ne sais pas quelle mot employé et je fais abstraction de tout idée péjorative que ces 2 mots peuvent inspirer ?

 

Parfois, je me dis que comme dans le fond, je suis un hermite depuis une dure séparation familiale, ma place est située dans la liberté de disposer de moi-même, mais pourquoi dois-je m'attacher aux autres, alors que la réalité est que les liens sont voués à disparaitre ? Moi qui ais toujours finis malheureux des relations aux autres, la relation positive ainsi détruite me cause + de douleur encore, pace que lorsque ce quelqu'un meilleur disparait de quelques manières que ce soit, jamais il ne revient. Tous ce qu'il me reste, c'est la famille, avec laquelle je n'ai pas de points communs sérieux en dehors de mon nom et des connaissances des belles-familles. Je n'ai de point commun avec personne.

 

Une fois, avec ce qelqu'un pour qui j'ai beaucoup de considération, il m'a parlé de quelque difficulté à travailler. Un jour, un membre de ma famille me parle de ce quelqu'un et tous les renseignement coïncident, il s'agit donc bien de ce quelqu'un que j'ai mentionné précédemment. Et là plusieurs idées me sont venus en même temps :

 

- Je demande au membre de ma famille de faire ce qu'il faut pour ce quelqu'un à qui je pense pour être embauché. Le proche de la famille m'a parlé de mettre un avis favorable sur la candidature dans l'espoir que celà pourrait l'aider.

- Ne rien faire. Le traitement de faveur rendrait peut-être la candidature trop facile, et la facilité peut désarçonner la motivation à travailler.

 

Toutefois, c'est l'égalité qui compte, et j'ai demandé à ce que l'on aide pas ce quelqu'un. Celà doit faire de moi quelqu'un de cruel et d'égoïste n'est-ce pas ? Mais j'ai pensé qu'une intervention directe dévaloriserait la personne, je ne pense pas que l'on apprécis d'être salis tout comme on apprécis pas toujours le phénomène d'assistanat. Mais je ressens comme un regret de n'avoir rien fait pour remédier à l'injustice, et pourtant, je pensais que cette personne méritait d'avoir un coup de pouce, tant pis si mon avis est quelque peu biaisé par l'estime que porte à cette personne dont j'ai voulu faire appuyer la candidature.

 

Les seules choses que j'ai pu apprendre cependant, c'est que losqu'un relation humaine est construite sur des bases réellement positives, jamais je ne détruirai la relation par des sentiments. Jamais je ne traiterai la relation positive comme si il ne s'agissait de rien, ni ne la traiterai avec pitié. J'ai peur de détruire et préserver et c'est tellement dur.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Réflexion personnelle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche