Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 10:15

Je me suis demandé souvent, et si la relation homme-femme était asexuée ? Ce que je veux dire par là, c'est qu'aussi longtemps qu'il y aura sexisme dans le traitement d'une personne de sexe différent, et surtout les femmes, il ne sera pas possible d'y avoir égalité des sexes. C'est une erreur d'affirmer que l'égalité des sexes existe en France alors que les progressions en ce sens sont desespérement lents.

 

J'ai une fois répondu à un sondage étudiant tout en pensant ne jamais y répondre ( je hais les sondages, ça prend 3 plombes pour y répondre mais passons ), et 5 questions concernait l'égalité des sexes et commençait à peu près par "pensez vous qu'il y a égalité des sexes dans..." mais je ne me souviens de pas tout :

 

- Dans le travail

- L'accès à l'emploi

- Le salaire

- La répartition des tâches ménagères

...

 

Je me souviens plus du reste. Et à ma plus grande stupéfaction et en réfléchissant à chacune de ces situations, j'en suis venu à une déduction lucide par rapport à mes convictions : l'égalité des sexes n'est pas appliqué.

 

Curieusement, j'ai l'impression que ce sont les hormones, sinon les idées reçues qui dirigent le jugement et non la raison en milieu de travail. On se met toujours à dire à un moment ou à un autre "tiens, un mec ferait ça mieux qu'une fmme" et dans d'autres domaines c'est "tiens une femme va faire qu'un homme". La principale motivation semble tenir à la croisade engagée contre les défauts de tel ou tel sexe ( femme = gestation, drague incessante et toucher douteux mieux connus sous par la dénomination "harcèlement sexuel", travail avec les enfants, caissière... et de "l'autre côté" homme = fort, paresseux, pas de harcèlement sexuel, meilleur salaire pour un poste similaire, pas de congé paternité quand bien même un père comme une mère se doit d'être présent, )... Ce qu'il y a dans la tête d'une personne ce qu'elle sait faire est donc d'une importance mineure par rapport à son apparence et même le sexe.

 

L'accès à l'emploi n'est pas le même,  il faut toujours un détail pour savoir si il vaut mieux un homme qu'une femme. Mais celà dit, l'accès à l'emploi fonctionne dans l'autre sens aussi; vous en voyez-souvent vous, des hommes caissiers ? Et sage-femme, dénomination sexiste par excellence, est interdite aux hommes dans l'esprit de beaucoup car ce titre de métier induit automatiquement une interdiction à un homme d'exercer la profession. Mais en revanche, quand on dit obstétricien, c'est possible.

 

Un des progrès quand à l'accès à l'emploi que je souhaite indiquer, c'est que dans le travail, la terminaison "euse" "ette" etc... est rarement évité, et pourtant, le non-emploi de ces terminaisons évitent la distinction sexiste et libidineuse "garçon ou fille ?" On dit toujours un enfant, on peut aussi dire une enfant, mais le terme "un enfant" ne devrait pas prédisposer à croire qu'il s'agit d'un garçon. De même, gare à l'inconscient qui s'avise de dire "gendarmette", noter la connotation péjorative et infantilisante qui résonne dans ce terme. On dit toujours gendarme, homme ou femme. Les exemple sur les terme "gendarme" et "enfant" me conduisent à croire qu'une meilleure égalité des sexes ( si la paresse ne se met pas dans le chemin des progrès éthiques ) passe par la neutralisation des mots, et la langue française est un nid de masculinité induisant une discrimination morale à l'encontre des femmes qui reste assez farouche. D'ailleurs, les anglais, il ne disent pas "ils" quand des femmes dans un groupe, les anglais emploient le terme "they" qui ne présume jamais de la recherche statistiques sur la répartition des sexes dans le groupe.

 

Je me met d'ailleurs à douter que ce soit réellement que ce soit les compétences qui font qu'on est embauché. Ne rêvons pas trop : Si une entreprise se devait d'engager une femme, elle va toujours prendre une femme à la plastique qui lui plait et temps pis si l'autre femme moins avantagée physiquement était arrivé la première à l'entretien d'embauche sans aucune tare à signaler. Bien que je conçoivent que ce n'est pas la réalité, je continu de croire en la justice du "premier arrivé, premier servi", j'ai aussi la douteuse impression qu'il n'y a que le service public qui fasse  le plus d'efforts ou même qui engage naturellement une personne sans regarder le faciès, c'est quand même gonflé que ce soit la "beauté" ( et chacun n'a pas les même en ce qui concerne la beauté ) qui décide si on a un travail ou pas.

 

Quand à la répartition des tâches ménagères, ça reste néanmoins madame qui "s'occupe de tout", mais il y a néanmoins des progrès. Dans mes relations avec des gens de mon âge, les messieurs n'ont pas l'impression de faire une effort quand il font le ménage ou même la cuisine, du coup, les copines peuvent tranquillement avoir les pieds sous la tables. Et puis disons-le haut et fort : PERSONNE n'aime faire le ménage et la cuisine. Si certains messieurs pensent que c'est un moment agréable, c'est surtout parce qu'ils ne s'en occupent pas et ne font pas le moindre concession sur les efforts à fournir dans le foyer, inutile de croire que les femmes se plaisent aux tâches ménagères.

 

Mais étrangement, enfin pour moi, les copains qui s'occupent du foyer ne font pas ça pour inverser la tendance du sexisme, mais plutôt parce qu'ils se sentent disponible pour les tâches ménagères, si ils s'occupent de la cuisine, c'est parce qu'ils aiment faire de bonnes choses à manger et en découvrir de nouvelles. Il ne faut pas exclure la vie entre 2 partenaires de la notion de vie en communauté, la vie en communauté part d'un échange de bon procédé, jamais il ne sera question de rendre service à un pantouflard qui ne fait plus rien une fois à la maison; autant aller se faire vacciner auprès d'une femme qui elle aussi ne fait plus rien une fois arrivée à la maison.

 

Quand je vois tout de ce que je viens d'écrire, je vois toutes les qualités qu'un misanthrope comme moi n'a pas ( je suis aussi mysogine, mais je n'ai pas cité ici tous les ingrédients qui font un misanthrope ). Sur 6 mecs que je connais, je suis pratiquement le seul qui fout rien à la maison. Je suis donc également machiste, mais je le cache, car il me reste assez de discernement pour savoir si mon attitude peut déranger. J'en dis beaucoup par anticipation de vos commentaires : c'est à vous.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Réflexion personnelle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche