Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 18:43

Il parait que pour plaire, ou tout simplement pour se la jouer, souvent il faut être à la mode.

 

Il peut s'agir de faire "jeune", "de ne plus faire jeune", d'avoir l'air d'un employeur... C'est souvent pour avoir l'air de quelque chose, mais le pire, c'est quand on s'entend dire qu'il faut être de telle mode.

 

Le phénomène n'est pas nouveau. Celà a peut-être commencé depuis les concours de miss france, mais la première chose qui me vient en tête, ce sont les pattes d'eléphant ( ou patte d'eph ) qui était à la mode dans les années 70. Mais aujourd'hui, et même durant les années 80, les pattes d'eph était-elles toujours hyper répandu ? J'en doute sérieusement.

 

Pour aujourd'hui, quelqu'un qui s'habillerait avec des pattes d'eph, c'est soit quelqu'un d'excentrique ou simplement classe qui convient bien à ce genre de pantalon ( et je dote fortement que ce soit possible ), soit c'est un réac, un rétro qui ne sont à leur place que dans un bal costumé. Encore pardon aux amoureux des modes et surtout des pattes d'eph, mais moi, c'est sanguin, je vois des pattes d'eph, je vois rouge. Après m'êre tapé le luxe d'être méchant envers ces pantalons ignobles, je vais en revenir à la mode.

 

Ce que je lui reproche à la mode, c'est qu'elle n'est rien d'autre qu'une démonstration de conformisme et programmation au délit de faciès --> "T'es pas à la mode, donc t'es naze". Je ne doute pas que l'argent fait vivre, mais ça me parait inutile de se fermer sur le "ah mais c'était à l'époque", pas la peine de se voiler la face et de souligner une époque, ça reviendrait à contrario d'affirmer que tous les gens de ladite époque était d'accord sans mettre en doute la mode.

 

Pour ma part, je me rappelle en 5ème ou 6ème ( plus les commerciaux attaquent des cibles "jeunes" pour ne pas dire "naïves et maléables", mieux ça marche à ce qui parait ), des chaussures blanches très à la mode avec des lumières rouges derrières les talons avaient fait leur apparition.

 

Me connaissant, je fais mon possible non pas de m'habiller comme j'en ai envi, mais m'habiller de façon à ce que ma tenue ne se distingue pas afin d'empêcher autrui de s'exprimer sur les vêtements que je porte. En un sens, je doi être moi-même conformiste, mais cependant, je ne revendique jamais des vêtements particuliers ou quoi que ce soit pour "lancer une mode" et ne cherche pas à convertir qui que ce soit à ma manière de m'habiller.

 

Et donc, toujours pour la période collège, on m'avait dit la chose suivante : "T'as entendu parler des super-baskets blanches à lumières rouges ? Bah, si tes parents sont riches, tu devrais leur demander de te les acheter".  Mmh, moui, quand on est riche, on achète ce qu'on veut. Mais j'avais bien ressenti une tentative de me faire convertir à une mode, dépenser de l'argent pour des pompes hyper-remarquable à la mode, le tout par une injonction personnelle de suivre une mode, et me faire interdire implicitement par quelqu'un d'autre de savoir d'abord et avant tout si j'en ai envi moi-même ou non. Les choses aussi éphémère et rebâchées telle que la mode sont vouées à l'oubli, surtout quand elles sont sotises, il en va de même pour la nourriture comme le canard à l'orange; que l'on me permette de douter parce que c'est à la mode que c'était une bonne recette. Vient le moment où il faut être réaliste, et où on doit affirmer que ce n'est pas au contexte sociétal de décider de ce que l'on aime ou non, peu importe l'époque. N'allons pas croire non plus que parce que quelque chose est répandu à une époque que celà veut dire que 100% des gens approuvent et que celà correspondait à l'éthique ou à l'agréable, il y a toujours une divergence d'opinion, même en admettant qu'elle soit silencieuse, voire enfoui.

 

A l'inverse, on peut très bien avoir beaucoup entendu parler de quelque chose, mais point de rebâchage cependant, avec une médiatisation raisonnable; si quelqu'un estime qu'il y a néanmoins eu rebâchage, c'est peut-être un excès de consommation télévisuelle peut-être.

 

Quand quelque chose vous plait, vous ne vous demandez pas si c'est à la mode, vous n'allez pas attendre ou revendiquer un style vestimentaire en particulier. A la limite, si quelqu'un aime tel style vestimentaire, et qu'il est avéré qu'un tel n'a pas été converti pour suivre une mode, c'est donc bien le plaisir qui donne envi de se revêtir d'un style vestimentaire, la mode n'a pas à se substituer à la volonté individuelle de décider de ce que l'on aime ou de ce que l'on déteste.

 

Me concernant, j'essais toujours de survivre à la mode en évitant de la suivre, bien qu'il peut m'arriver pourtant qu'un tel style vestimentaire puisse me plaire, mais je me vois aller jusqu'à l'audace de m'en revêtir car j'aurais l'impression de me faire dicter mon apparence vestimentaire. Je n'aime pas "faire jeune", ni avoir l'air d'un patron, ni avoir l'air d'un vieux, ni avoir l'air de quelqu'un d'autre que moi-même, être quelqu'un reviendrait à n'être rien pour appartenir ensuite à ce que les autres disent, pensent...

 

Je fais une exception, sur une situation. Plus récemment, je suis tombé sur de longues godasses blanches plutôt classes. Et quand j'ai montré le style de chaussures qui me plait assez bien, on m'a dis que je ressemblerais  un mafieux, et pour une fois, ça m'a plu. Je reproche le conformisme, et je suis moi-même conformisme... Peut-être critique-t-on mieux quelque chose en y étant à l'intérieur ou suis-je moi-même vulnérable à ce que l'on appelle "la dictature de la mode" ? Dans la vie de tous les jours, je préfère encore le silence sur mon apparence physique, même le compliment de la beauté ne me fais pas fléchir, et la beauté est une notion volatile d'un individu à l'autre, chimère du romantisme. La superficialité n'a jamais représenté une entente solide entre 2 personnes si ce n'est un groupe et c'est d'ailleurs au comportement humain et peut-être aussi à ce que l'on est soi même de créér des bases relationnels. Ce qu'on apprécie chez quelqu'un d'autre, c'est ce qu'est ce quelqu'un, ça et rien d'autre et surtout pas le paraitre ( en théorie ). Je douterai toujours de l'opinion que l'on se fait sur quelqu'un d'autre quand elle est basée sur l'apparence ( qui peut être trompeuse ).

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Réflexion personnelle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche