Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 22:47

Souvent, peut-être trop, il m'arrive d'être d'accord sur les critiques du gouvernement. La limite que je ne dépasse pas est celle de lire dans le détail des commentaires riches d'aggressivité les uns les autres. Trop souvent, les billets et les commentaires, c'est l'occasion pour faire passer le temps, et transformer la partie "commentaires" d'un évènement à commenter en véritable dépotoir à injures, fréquemment extrêmistes, défaitistes et j'en passe... Au passage, la modération des commentaires, ce n'est pas la censure des opinions.

 

Entre des individus dirigeant l'action publique, dont les scandales financiers sont potentiellement aussi nombreux qu'en attente, et des gens, en commentaires, qui disent "ouais, mais c'est tous des pourris, c'est eux qui ont commencé", c'est vraiment faire de preuve de volonté à mettre la société civile dans une impasse. J'ose dire que cette attitude genre "l'autre est mauvais, autant que je me le permette", c'est faire un concours entre qui est le plus inique, avec la mission inutile de conduire de détruire le peu de choses que cette société tente de maintenir.

 

Je rigole doucement quand je vois dans les sondages, une majorité vertueuse d'individus qui ne commettont jamais d'erreur. Une hypothèse ? Imaginons.

 

----

Prenons par exemple un journal télévisé (oui, c'est pas un bon exemple, et bien souvent, l'opinion complète des individus est coupée au montage, on va voir ça plus tard). La question du journal pourrait-être par exemple : l'audimat est en chute libre, que faire ? On envoit alors des journalistes dans la rue, interpeller les gens.

 

Evidemment, ce sont des parisiens qui sont interrogés; ce serait trop facile de faire un sondage sur 90% de la population, alors on se fie à un *échantillon représentatif*, qui n'a de représentatif que l'expression.

 

Et là, oh comme la France est intellectuelle, le peuple demande + d'émissions culturelles, comme c'est mignon. Tous le monde préfère avoir se taper un mal de crâne, et devenir une espèce de "je-sais-tout". Un atout pour se la péter + haut que son cul et devenir snob. Un prétexte pour se la jouer à tout bout de champ.

 

Le savoir n'est pas censé emmener vers l'élitisme, dans lequel nombre de professeurs et de diplômés tombent, mais passons. Qui regarde France 5 et Arte ? Pas moi en tout cas, j'ai bien assez de la vie réelle et décider moi-même de ce que je souhaite savoir sans rester passif en regardant la télé, et surtout, je n'aime pas tourner en rond. Je ne regarde même pas les débats (pourquoi y participer d'abord ? Ca vire toujours à l'empoignade, ou au saracasme sournois, l'opinion de chacun n'a aucune importance).

 

C'est alors que notre équipe de journaliste admet le fiasco. Oh allez, et si on fait un sondage internet avec 1 = pour oui, 2 = pour non, 3 = sans opinion. Quand un journal donner la possibilité de voter par internet, c'est souvent la 1ère réponse qui est choisie (Oui = youpi !!) (non = ronchon :(  ) (sans opinion = fadeure). Inversement, si on veut que le sondage réponde non, placez donc ce nom en 1ere place, vous verrez qu'il y a aura une différence. Toutes les fois où lire un choix à un sondage ne contenant pas de phrase est toujours trop expéditive pour être fiable. Soit, sans opinion, c'est trop neutre. Mais le "oui" et le "non" ne sont pas davantage des opinions; une réponse rigide et sans phrase n'est jamais révélateur d'une opinion. Donc que vous votez "oui" "non", ce n'est pas exprimer une opinion, c'est surtout exprimer de l'extrêmisme, sinon un avis sans argument. C'est à se demander pourquoi "sans opinion" n'obtient jamais le + gros score. Mieux, autant ne pas y participer du tout à ces sondages à la noix.

 

Et encore tout dépend de la question. A chaque fois qu'elle touche à la gloriole ou à la paranoïa sécuritaire, il se dégage quasiement toujours un extrêmisme évident :

 

- Voulez vous plus de mesures de sécurité : Ben oui évidemment, on est tous angélique (Mais quand on est soi-même visé par ces mesures de sécurité, comme payer ses pv, tous le monde se dédouane de façon systématique).  

 

- Faut-il fermer les usines : Surprise, le non obtient la majorité. Le chômage, c'est mal.

 

- Vous aimez la politique du président : Non, parce qu'être toujours contre, ca fait rebel. Si le oui l'emportait, c'est un complot.

 

- Faut-il punir + sévèrement les détournements de fonds ? Oui, voler c'est mal. (Et tous les gens qui votent ce fameux oui sont blanc comme neige. Néanmoins, dire qu'on est honnête, et l'être vraiment, ça ne revient pas au même).

 

Et puis, finalement, ces sondages amènent à une démagogie évidente où la majorité des sondés prend les choses toujours pour elle-même personnellement, se donne bonne conscience, se convainc toujours d'être vertueux.

 

Maintenant revenons au sondage : Voulez-vous + de culture à la télévision ? Oui à 87%. Non à 10%. Sans opinion à 3%. Chouette. Mais que deviennent les gestionnaire de chaines télé dans tous ça ? Promettre et agir, ça ne va pas  ensemble. J'essai même pas de me demander si les télé qui font de la "culture" (oh, le mot préféré des snob) leur principal activité ont un véritable atout, ou traine un boulet.

 

 

Je ne blâme jamais les télévisions qui se refusent à suivre ces sondages. Pour info, la télé, c'est du divertissement. Imaginez donc les conséquences qu'aurait un excellent programme télé en permanence. Imaginez donc ce que deviendrait vos vies si vous aviez droit tous les jours à un programme télé 100% impec.

 

Tout compte fait, il faut être bien mal inspiré pour se plaindre d'un programme télé estimé comme mauvais. On a djà droit aux pépères qui se plaignent sans arrêt. Tous le monde serait bien inspiré de ne jamais y ressembler.

 

----

Détail en = pour les interview. Il y a cet exemple concret de Virgin Megastore. Une femme a été interviewée par un journaliste. J'imagine qu'une question lui a été posé sur ce qu'elle ressent, ses opinions, sa situation. Et puis, tous ce qu'on a entendu d'elle c'est le fait qu'elle ait des enfants et qu'elle ait peur du chômage.

 

Je suis d'accord. Il ne fait aucun doute que la fermeture du magasin lui portera préjudice. Mais cette femme a-t-elle dit autre chose de + encourageant ? Comme par exemple la proposition d'une alternative, une forme d'exposé bref... Dans l'espoir, à travers les camera, d'infléchir une alternative à gestion de Virgin Megastore ?

 

Au lieu de celà, les journalistes ont préféré ne regarder, chez les syndicats, que les critiques contre la gestion du magasin, l'aspect familial et social du chômage. J'ai le sentiment que les lamentations ont été encouragé, non pas que les gens soient interdit d'exprimer leur détresse. Mais a-t-on recueilli auprès des syndicats des mots pour contre-proposer un remède et remettre à flot Virgin Megastore ? Le courage a du mal à exister lorsque tout est fait pour l'étouffer.

 

La société française a pris l'habitude de se satisfaire dans la plainte, la torpeur, sinon l'aggressivité permanente.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Réflexion personnelle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche