Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 21:03

Je profite d'écrire sur le blog pour m'interroger sur moi-même, mais aussi sur autrui si il y a une coïncidence entre ma situation et celle d'une autre personne.

 

Je reconnais que ma méfiance me conduis souvent à trouver tel ou tel grain de sable qui empêche la machine relationnelle de bien tourner. Et puis, je me suis rappelé que si on critique le comportement humain, alors il est logique d'y inclure soi-même, l'autocritique rappelle avec vigueur la necessité de l'introspection et de ne pas toujours se comporter comme si on était necéssairement à part.

 

Ces quelques derniers jours, je me suis demandé si je commettais des indélicatesses. Je suis souvent à même de détester quelqu'un ou de l'éviter, et d'une manière générale, j'évite beaucoup de gens. Mais des avis des gens pour qui je peux ou ai pu avoir de l'estime, et rarement vice-versa, j'ai souvent commis des erreurs par maladresse, inaction ou ignorance.

 

Parfois, certaines personne font montre de petites attention parfois, et comme à mon habitude, je ne vois pratiquement rien, il peut s'agir de rester encore un peu, de continuer de discuter... Je suis aveugle sur les sentiments positifs que l'autre peut ressentir à mon égards, et curieusement, je n'aime pas quand l'autre me les manifestent... C'est rare quand j'apprécis... J'ai peut-être une phobie de contact humain, et j'ai probablement une phobie de la douleur morale : qui apprécis ressentir de l'autre de l'inquiétude, des questionnements sur l'avenir, de la tristesse par déception de mes compétences, de la tristesse par déception des attentes de l'autre qui veut absolument que vous soyez avec lui ou elle.

 

Je suis hésitant sur ma propre attitude que je peux avoir envers l'autre, si je ne dois pas le ou la blesser. Si je manifeste une inquiétude, une tristesse envers l'autre ou tout autre questionnement que ce soit, je pourrais blesser l'autre, et les bonnes intentions ne peuvent pas tout justifier. Mais si je ne dis rien à l'autre, je m'embourberais à générer un silence chez l'autre qui peut aboutir à une indifférence que je ne cherchais pas à créer.

 

Je me suis si souvent moqué de ce que l'on pouvait ressentir à mon égard, et je pourrais bien ne pas être à la hauteur des critiques que j'écris, mais en dehors de ça, je ne me prive pas de m'exprimer pour autant.

 

Et curieusement, quand je déçois quelqu'un que j'apprécis beaucoup et qui m'apprécis beaucoup, en principe, la relation est irrémédiablement anéantie, et la continuer serait inutile, car basé dans ce cas sur la pitié et / ou le regret. J'ai l'impression d'avoir un touché empoisonné. Finalement, je gagne + à être un ermite, et je n'accorde d'attention au monde que si je peux le voir de loin, tant pis si je m'éloigne de la réalité.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Réflexion personnelle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche