Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 15:34

Réflexion.

Après avoir tout épongé (bon d'accord, chez les filles, seule Aymar n'a pas retenu grand chose, et côté mecs, Shin et Théo étaient un peu largués, mais sinon, tous le monde a gardé en tête le résumé des rapports de renseignement).

 

Fendelle, rêveuse, pensait qu'il fallait se faire discret, et qu'idéalement, il faudrait sauver Horanor, et éventuellement récupérer le globe de transport dimensionnel. Et pourquoi pas fuir.

 

Shin continuait la conversation, mais estimait qu'il n'était pas possible d'exfiltrer Horanor; sa fuite pourrait provoquer la colère d'Eltar, l'empereur d'Uditer, et que sa mort, provoquerait peut-être des vengeances. Shin appréciait l'idée de discrétion, et estimait qu'il fallait chercher les moyens, à Survie, de refertiliser la terre par la magie, puis en faire de même à chaque ville, tout en formant de nouveaux apprentis qui prendraient la relève.

 

Bob avait une idée : la conquête furtive. Dans chaque ville où il y avait une oppression confirmée (l'allégeance à Ayofo, le despote de Rhebarane ne suffirait peut-être pas, surtout si le despote ne fait rien pour consolider pas la loyauté des seigneurs locaux). Grâce au lien mental, Bob détecterait facilement quant à savoir qui est oppressé ou non, et donc si une action serait bénéfique.

 

Aymar était + chirurgicale. Puisque le pouvoir est concentré sur Ayofo, sa mort créerait un foutoir sans nom, et chaque ville déclarerait son indépendance. Pour y arriver, il faudrait un assassinat préparé, chose peu évidente pour une dictateur paranoïaque qui doit probablement se savoir détester par tous le monde, y comprit sur son propre pays. Le + compliqué : est-ce que ça va être l'anarchie ? L'hypothèse la + épouvantable : une dictateur encore + dur émergerait, et tous ces efforts seraient fait pour rien.

 

Grunlek envisageait une idée spéciale; saboter les sources de revenus non fiscales du pouvoir. S'il est ruiné, le dictateur n'aurait pas d'autre solution, s'il tient à ne pas être ruiné, à augmenter les impôts. La pression fiscale enverrait un message négatif au peuple : "Votre seigneur risque d'être à la rue. Je vous en supplie, et payez + d'impôts pour moi". Tout en faisant publiquement le dos rond, une résistance s'organiserait avec beaucoup de patience, et un jour, Ayofo serait contraint de tomber.

 

De la discussion restaient 5 options résumées de façon suivante :

 

- Fuir ce monde : Le sauver, ou même juste rendre leur vie + supportable est hors de tout espoir. Le groupe est peut-être trop idéaliste

 

- Pour vivre heureux, vivons caché : Améliorer le monde, le rendre + supportable, à condition qu'Ayofo n'en voit rien du tout. Il faudrait recruter à tour de bras et stimuler les meilleures volontés pour rendre Rhebarane discrètement meilleur, pourvu qu'Ayofo n'en sache rien.

 

- Conquête furtive et sélective : S'approprier l'autorité des villes les + fidèles à Ayofo, puis faire semblant d'être allégeant à ce dernier. Une fois les villes assez nombreuses pour contester Ayofo, renverser le dictateur.

 

- Assassinat : Si le pouvoir est centré sur Ayofo, sa mort changerait Rhebarane en bien. Souvent, l'anarchie peut engendrer le regret de la perte de l'ancien dictateur, par réaction d'un nouveau qui serait pareil ou pire, avec regrets de s'être bougé pour rien. Si c'est toujours le chaos, les 8 empires viendraient se partager le territoire.

 

- Affaiblissement sournois : Vider très indirectement les caisses d'Ayofo. Son train de vie supportera très mal les finances amputés, et il sera contraint de commettre des erreurs (impôts exceptionnelles, emprunts massifs) qui le feront tomber, soit à cause du peuple, soit à cause d'une coalition des 8 empires encore debout.

 

Théo arbora une allure de personnage principal sans qui l'aventure n'existerait pas, bomba le torse, puis se rincla la gorge pour se donner de l'importance avant de prendre la parole :

 

"J'ai décidé qu'il fallait faire un mix de plusieurs solutions possibles. Toutes sont intéressantes d'une manière ou d'une autre.

 

L'idée de Grunlek est la meilleure. Attaquer là où ça fait mal, directement au portefeuille. C'est exactement la piste à explorer. Connaissant la logique des autorités centrales, il est hautement probable qu'on puisse peut-être trouver une grosse source de revenue secrète à la capitale de Rhebarane appelé Omiécho.

 

Equipe B : Bob, Fendelle, Grunlek et Laurène. Vous irez fouiller les villes. Cherchez lesquelles sont les + oppressées, dégommez les oppresseurs. Vous formerez une armée régulière locale puis désignerez un seigneur digne, et ce dernier devra prêter secrètement allégeance au Premier Ministre. Les villes libérées ainsi que les villes oubliées du dictateur devront former une communauté locale de solidarité sans déclarer ouvertement leur opposition à Ayofo. Du moins pas encore.

 

Pendant ce temps, l'équipe A, la 1ère, Samaya, Shin, Aymar, ainsi que moi, votre chef bien aimé et auto-proclamé, iront à Omiécho. Nous enquêterons pour voir quels sont les sources de finances clandestines d'Ayofo. Nous irons les saboter, histoire de voir Ayofo chercher désespérément du fric comme un junkie en manque. Des objections sur mon plan ?"

 

Personne ne leva la main. Aymar dit : "Théo, tu n'es pas seulement beau. Tu es aussi intelligent. C'est aussi pour ça que je t'aime." Shin ajouta : "Moi aussi. D'ailleurs, je l'ai vu en premier. Si tu le veux, je ne te le donnerais pas sans combattre." Bob calma le jeu : "Allons, allons. Pourquoi vous battre ?? Pensez positif : imaginez que Théo est une barre chocolatée à partager :)"

 

La dispute étant dissipée par la force de l'amour, le groupe se recentra sur le plan.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche