Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 14:57

L'équipe B commença son oeuvre. Sur une 30 aines de villes, 20 d'entre elles connaissaient le joug pur et dur d'Ayofo. Au fur et à mesure des conquêtes, l'équipe B formait des troupes et recrutait des équipiers particuliers qui auraient la tâche d'administrer la sécurité comme la vie civile des villes, et même de suivre l'équipe B pour faciliter la conquête des autres villes, et proposer une alternative viable. Par souci de discrétion et ne pas provoquer la méfiance globale des villes encore sous le joug d'Ayofo, l'équipe choisit alors d'arrêter les conquêtes, et décida de rejoindre l'équipe A. Les 20 villes s'administreraient tout en étant rattaché à Survie, la ville du Premier Ministre. Les 10 villes restantes, oubliées, démotivées mais garderait encore l'allégeance envers Ayofo, furent laissés tranquilles; elles verraient dans la libération une nouvelle oppression.

 

L'équipe A était arrivée à Omiécho depuis un moment. Chose surprenante, les 3/4 de la ville étaient régis par le crime organisé, lequel versait une commission à Ayofo, et en échange, la criminalité continuait son chemin tout en respectant certaines limites. Bien. Donc si le crime organisé ne gagne rien ou trop peu, même les mafias se rebelleraient si Ayofo augmentait les "impôts officieux" envers ces derniers. Et de son côté, l'armée d'Ayofo se battrait, et il y aurait un bain de sang.

 

A l'entrée d'Omiecho, à un côté, il y avait un joueur de cartes clandestins, "trouvez la dame de coeur". Ca ne doit pas rapporter beaucoup. De ce côté là, il y avait un bar avec des joints qui trainaient et de l'alcool frelatée. Mouais... C'est pas ce qui doit rapporter énormément non plus. Aymar avait repéré un lieu de perdition avec des courtisanes usées de sacrifices intimes et pas du tout sexy, mais aussi des courtisans graisseux et déprimés. Le commerce doit pas mal rapporter. Mais ce serait surprenant que les péripatéticiennes se rebellent. Bof.

 

Aymar émettait une idée : S'il y a une source de fric vraiment importante, il serait improbable qu'elle le soit à la vue de tous le monde. Ce n'est donc que les endroits oubliés que le groupe aurait le + de chance d'y parvenir.

 

Le + dur serait d'inspecter la ville. C'est alors que Shin, reçut quelques mots dans son esprit qui disaient en substance "On... ientôt... vous... forts... Nous... féré... aisser... 'lan...". Shin dit alors à l'équipe A ce qu'il avait mentalement entendu. Théo, grand chef à l'amure d'or clinquante, se sentait triste, il n'arrivait pas à comprendre le message morcelé et parasité. Samaya décoda le message avec beaucoup de déduction; c'était Bob, dont les capacités de télépathie ont été augmentées avec celles de Laurène, et il disait que l'équipe arrivait en renforts, et que le plan de libération progressif des villes avaient dû être abandonnés.

 

Théo eut alors l'idée de convoquer son destrier, d'y attacher un message sur lequel il a écrit que si l'équipe B a 2 chevaux dont chacun transporte 2 personnes, ils arriveraient + vite au lieu de rendez-vous dans une baraque oubliée. Une fois ces formalités terminées, Théo envoya Lumière rejoindre le groupe B.

 

L'équipe A fit un peu d'exploration des environs de la ville afin de se repérer. Une fois terminé, elle campa dans la planque poussiéreuse. L'équipe B, grâce au cheval de Bob et de Théo, mit 1 journée + 1 nuit avant d'arriver dans la matinée à la planque (J'essaie d'imaginer le cheval accepter 4 personnes sur son dos).

 

Un peu avant d'arriver en ville, les chevaux étaient dissipés. Laurène lança une connexion mentale (Ca arrange Bob; lancer la connexion mentale, c'est bien quand c'est pas toujours le même qui s'y colle) puis communiqua au groupe A : "Arrivons point rendez-vous".

En difficulté.

Durant son sommeil à l'entrepôt poussiéreux, Théo faisait un rêve : "Quoi, qu'est-ce qui se passe ?! Tenez-vous tranquille, bande d'imbéciles. Surtout toi, là !"

 

Samaya bouscula légèrement Théo pour lui faire signe d'arrêter de bouger, malgré le fait que chaque membre du groupe était enroulé dans des cordes bien nouées. Ils s'étaient fait ficeler durant leur sommeil. Tous découvrirent qu'ils étaient suspendus. Shin avait un air déprimé, mais personne ne s'en inquiéta à cause des brigands, à moins que ce ne soit des vagabonds pas contents que leur territoire ait été envahit...

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche