Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 20:20

Le monde est impitoyable.

Fendelle, si douce, était un peu frustrée que Théo ait imposé son plan. Méfiante envers les loubards, elle était furieuse de leur comportement. Samaya généra pour Fendelle une laisse de chaines et un cadenas. 5 gars était bâillonnés, et celui qui a été jugé le + chétif portait la chaine autour du coup et se retrouvait bâillonné.

 

Fendelle avait un ton à la fois doux et cruel; "Aller, mon petit toutou, c'est l'heure de manger dans la gamelle de papa !"

 

Les autres prisonniers pensaient au côté sexuel de la situation, y comprit certains du groupe d'Aventuriers. Fendelle demande mentalement à Théo de pisser dans une gamelle. Théo était à la fois choqué et enthousiasmé : jamais il n'aurait osé rêver une telle vengeance, et il commençait à apprécier Fendelle, la douce au coeur noir. Fendelle, Théo et le toutou improvisé (trainé de force) s'approchèrent d'une gamelle vide.

 

Les loubards avaient arrêtés de rigoler, inquiets. Le toutou à sa mémère regardait, apeuré, Théo au sourire sadique. Ce dernier se penchait et disait au chienchien : "Tu as soif ???"

 

Le toutou ne pouvait pas répondre. Il était bâillonné, et anticipait ce qui lui était proposé. Il essayait de se débattre, mais en vain. Fendelle posa chaque main sur les joues du prisonnier maltraité puis lui dit sur un ton faussement adorable : "Oh voyons, chéri. Tu es trop méchant ! Peut-être que s'il fait ses devoirs..."

 

Fendelle enleva la chiffon pour que le prisonnier puisse parler. "Vous êtes des malades ! Vou..." Le chiffon était enfoncé dans la bouche du prisonnier, pour l'interrompre. Fendelle continua "Tu as vu comme tu nous parles ! Tu as fais beaucoup de peine à Maman. Maman ne t'a jamais éduqué comme ça. Papa va devoir te faire boire son sirop pour que tu sois sage."

 

Théo se préparait à se soulager. Cependant, le prisonnier disait quelque chose : "NNNN NNNN !!! RRRHHHRRRTTTTTTTT !! FFFMMMFFFHHHLLLLFFFF !!"

 

Fendelle, gardant son ton sadique, avait interrompu Théo, puis dit au prisonnier : "Comment ? Je ne comprends pas ce que tu dis. Hmm... Si je présume correctement, tu veux finalement parler avec nous. Bon. Je vais enlever ce vilain chiffon. N'abuses pas de ma patience". Fendelle enleva encore une fois le chiffon.

 

Le prisonnier était paniqué et dégouté. Il hurla "Qu'est-ce que vous voulez ?!" Fendelle continua : "Figures-toi qu'on aimerait s'acheter des trucs pour s'amuser. Mais attention, des trucs costauds, pas de la sous-merde".

 

Le prisonnier avait répondu en disant qu'il existait quelque chose envoyant de l'orgasme à fond les tripes dans les quartiers chauds. Shin explosa de joie. Le groupe d'aventuriers et les loubards étaient surpris. "Allez, on y va !", dit Shin sur un ton assez fort et enthousiaste. "Dans le fonds, vous êtes des chics types ! Et encore pardon pour la baston, on vous laisse les lieux :D"

 

Fendelle parla à son prisonnier sur un ton doux amer : "Maman t'aime et elle est fière de toi. Je ne vais même pas t'obliger à faire tes devoirs. Et puis, Papa, il est trop méchant". Fendelle libéra le prisonnier. Ce dernier semblait s'évanouir d'épuisement, tant il n'espérait plus échapper à ses corvées.

 

Les aventuriers enfin réunis se promenaient. Il fallait trouver cette vente de drogue géniale pour ensuite suivre le dealer, et remonter à la source de sa dope. Ca doit sûrement être une des principales sources d'impôts d'Ayofo.

 

Les aventuriers louèrent une seule chambre miteuse à l'auberge du Lutin Solidaire. Une famille de rats figuraient parmi les colocataires. On trouvait des cafards obèses; certains copulaient, d'autres mangeaient. Le plafond avait d'étranges taches jaunes et orange. La chambre avait comme une odeur de vieille sueur, de sperme rance, de fond de culotte à l'abandon et de désespoir. Grunlek était obligé de sortir vomir.

 

La salle de bain avait ses propres odeurs. La chasse d'eau des wc n'a jamais fonctionné de sa vie. En dessous de la baignoire, un savon oublié qui n'a jamais servit. La baignoire avait un liseré gris poussière. Des odeurs intestinales remontaient des évacuation d'eau.

 

Shin n'en pouvait plus à son tour, et menaçait de dormir dehors sur des toits suffisamment isolés de la rue et des fenêtres pour y placer une tente. Samaya avait l'air soulagé d'entendre Shin vouloir se barrer, et décida de le suivre sur les toits de la ville. Aymar décidait de sortir d'Omiécho, et de dormir à la belle étoile, aidée de Brazier, le cheval de Bob.

 

Il y avait finalement que 4 personnes. Fendelle était draguée et complimentée par Bob et Théo : "Tu étais épouvantable jusqu'à en être délicieuse sous tes airs de princesses", disait Bob. "Si je n'avais pas de code de paladin à respecter, je serais bien sortis avec toi", disait Théo. Laurène, pourtant un tant soit peu guerrière, était un peu larguée de cette femme hardcore qui avait la côte avec les mecs.

 

Fendelle jouait sur l'amertume de Théo sans vraiment chercher à le consoler : "Tu m'as bien obéis, mais j'ai quand même senti que tu n'irais pas au bout. C'est dommage. On dirait que c'est le mage de feu qui est le + costaud. Je le prend !"

 

"On dormira avec les rats et les blattes dans la chambre !", affirmait Bob sans tressaillir. "Tu es tellement dégueu, mon Bob. Tu me feras de la place au lit, tiens !", ajoutait Fendelle, enjouée.

 

Théo et Laurène dormirait dans la salle de bain, à peine moins sale que la chambre, chacun avec son sac de couchage sur le sol. Le lendemain matin, les 8 aventuriers se retrouvèrent à la cantine merdique de l'auberge.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche