Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 12:00

Une terre dévastée.

Les aventuriers pensaient éviter également Pérachède : l'île n'avait *rien* à offrir. La terre était stérile, éventrée de sa fertilité comme de son minerai. De son propre écosystème, une seule minuscule forêt presque morte restait. Là où Rhebarane maintient un minimum de vie, suite à une certaine pacification de ses rapports avec les 8 autres empires, ainsi qu'à une nécéssité + faible de subventions internationales pour ne pas trop en dépendre, c'était maintenant à Pérachède d'avoir besoin de beaucoup d'aide financière, afin de ménager son appétit du vol et de l'escroquerie.

 

(A propos de Rhebarane, le pays se réformait et était mieux géré que lorsque c'était Ayofo. Bien qu'ayant noté un changement de dirigeant, les bienfaits nés de ce changement dissuadait les 8 empires d'essayer de le faire tomber. S'ils s'aventuraient à le faire, cette bonne gestion (et l'atmosphère de calme relatif qu'elle entraine) disparaitrait assez surement, et le climat d'anarchie ferait naitre la mauvaise surprise de criminels impitoyables peu regardants de l'équilibre international.)

 

Les aventuriers préfèrent alors faire le tour de Pérachède par la mer en eau peu profonde, afin que les chevaux puissent tirer le bateau. Au loin, sur les terres de l'île, steppes et déserts alternaient dans le paysage. Laurène et Bob combinèrent leur pouvoir pour sonder mentalement une partie de l'île au fur et à mesure de leur passage, et apprirent 2 choses :

 

- Murlar envisageait de prêter une partie de l'île contre rémunération afin de servir de test pour l'arme secrète de Batul. L'idée était bonne, mais par crainte d'être repéré par Uximas, et la peur des effets inconnus de l'arme, Murlar avait annulé l'idée.

 

- Le groupe était suivi depuis un moment. Les aventuriers s'inquiétaient de savoir depuis quand ils étaient suivi, par qui, et surtout pourquoi ? Y avait-il une représaille ? Ont-il été repéré par les + dangereux ?

 

Laurène, qui contrôlait les chevaux, tourna le bateau vers la plage avec l'aide des chevaux, et ces derniers avançaient le + vite possible pour arriver à la place. Laurène appuya sur un petit bouton pour que les roues du bateau/charrette reviennent (on ne va pas faire le montage et démontage à longueur de temps). Les chevaux gagnaient en vitesse à mesure qu'ils sortaient de l'eau avec la charrette, et très vite, les aventuriers gagnèrent du terrain.

 

Sur la plage, Shin aperçu 2 empreintes ovales se former soudainement. Samaya et Bob conclurent à des chaloupes invisibles. Fendelle cravacha les chevaux. Shin sursauta en ressentant brutalement une blessure au bras où un trou s'était formé. Un projectile invisible. Avant ce tir, Shin avait eu le temps de voir des traces de pas dans le sable. Après 1 instant d'hésitation, le groupe commença à fuir.

 

Durant la fuite, Samaya créa un puissant mur de vent tandis que Grunlek déroula au maximum la chaine de son poing, le fit tournoyer à grande vitesse. Brasser de l'air n'a jamais été aussi utile, que ce soit pour cacher ses traces comme pour balancer du sable dans les yeux de l'adversaire.

Petit parfum de légèreté

Après avoir prit une distance estimée suffisante, le groupe pouvait enfin commencer à se détendre

 

Théo avait eu une idée bizarre. Il se disait que dans l'idéal, il aurait des fruits explosifs, comme des pommes ou des ananas qu'il balancerait derrière et qui exploseraient. Grunlek, rationnel, titilla Théo en disant que des fruits explosifs, ça n'existe pas. Mais le paladin-inquisiteur ne voulait pas du tout croire Grunlek, et pensait que ce serait quand même possible. Grunlek trouvait Théo têtu. Partiellement d'accord, Bob disait que Théo têtu est une théorie. Aymar en rajouta une couche; elle demandait à Bob "T'es-tu vu avec ton théorème sur Théo ?". "Vous théorisez bien, tous les 3", disait Mani, exceptionnellement surnommé Mani Le Moqueur. De tous ces jeux de mots, Théo le têtu avait mal à la tête, et il voulait hurler. Alors, il ouvrit la bouche.

 

Mais Fendelle avait la main sur la bouche de Théo. Elle le prenait par le col, l'obligeait à se mettre, s'agenouilla pour parler à Théo, puis lui dit : "Tu veux un bisou ? Je te sens énervé." Théo refusa, mais remercia Fendelle quand même. Cette dernière lui répondit, "dommage, Théo le héros". Théo souriait de cette remarque sympathique.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche