Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 22:01

Les pays dits "libres"(pas forcément tous des pays justes et/ou équitables), dans la mesure où ils ne subissaient pas encore la conquête de l'Empire de Kirov, commencèrent à former une alliance dédiée à renverser l'Empire de Kirov. Les querelles et les raisons de ne pas s'entendre devaient être mises de côté le temps que Kirov soit renversé. Cette alliance ne dépend pas de l'amitié; elle est basée sur la crainte d'une oppression lointaine qui envahirait tous le cratère sans distinction.

 

Un réseau de résistance se mit en place. Pour ne pas énerver inutilement l'armée de l'Empire de Kirov, la résistance mit en place un comité de discipline ultra-sélectif quant à quelle personne peut entrer ou non; on ne devient pas résistant pour se griser, renverser un pouvoir par loisir, être un héros ou pour la frime.

 

Dès lors, l'opinion défavorable contre l'empire de Kirov, même si elle est sincère et argumentée, n'est pas une condition suffisante pour faire partie de la résistance. Taguer les murs pour dire à quel point l'Empire de Kirov est pourris peut faire sourire les opposants, mais ne signifie pas pour autant que la résistance fera confiance; les anarchistes n'ont aucune capacité vouloir entièrement faire les choses bien sur le long terme.

 

La résistance trie sur le volet qui est digne d'en faire partie, et si les membres sauront être patient le temps de construire les forces ainsi qu'une future alternative politique et para-militaire, plutôt que de chercher à tout prix à passer à l'action sans préparation ni plan d'attaque.

En temps de grande prudence, un acte héroïque sonne souvent le glas.

Les choses se passent dans les villes occupés par l'Empire de Kirov comme on survit dans une mauvaise prison : un contestataire prend la parole contre l'empire puis risque la mort ? La résistance ne l'aidera pas : ce serait signaler sa présence, ce qui accroitrait une pression sécuritaire qui anéantirait la résistance, et achèverait les habitants de ne plus avoir aucune volonté de contester l'empire.

 

La seule planche de salut qui resterait pour un prisonnier capturé serait une évasion, qu'elle vienne de l'intérieur, de l'extérieur, ou encore d'un fonctionnaire corrompu, pas trop gourmand et suffisamment humain pour fermer les yeux au nom d'une "erreur judiciaire"; l'Empire de Kirov se fait bien voir d'une partie de la population en montrant qu'elle "reconnait ses erreurs" quand d'un côté elle en commet, et de l'autre, le prisonnier est légalement libéré, à la condition implicite de ne jamais chercher rébellion.

 

La majorité des résistants se composaient largement d'ex-militaires, de militaires infiltrés dans l'armée de Kirov, parfois de livreurs, de marchands ou de médecins susceptibles de fournir une aide logistique secrète même si le recours à la force n'est pas tellement dans leur capacité. Les miliciens improvisés étaient plutôt rares à faire partie de la résistance.

 

Graduellement, la résistance comme les pays "libres" travaillèrent mutuellement à faire tomber au moins la 1ère moitié de l'Empire, celle de qui vient les ordres où se trouve la capitale de Kirov. Si elle tombe, l'autre moitié de l'empire chutera progressivement, de la même façon qu'arracher le coeur, même si c'est sans douleur, ne permet pas au cerveau de vivre longtemps.

 

Un tunnel depuis les pays "libres" jusqu'au coeur même de la capitale de Kirov permit à l'armée des pays "libres" d'entrer à Kirov, de joindre ses forces à la résistance, puis de s'emparer du palais impérial de Kirov. La prise fut plutôt facile, parce que l'armée de la 2ème moitié de l'Empire de Kirov était sur plusieurs fronts. Un nombre important de soldats de l'empire rêvait que ces batailles inutiles et sans justice s'arrêtent.

 

Tulius avait fuit, mais fut surprit par une connaissance très proche : son propre fils du nom de Armin (prononcez Armine). La surprise de certains des amis résistants d'Armin les avaient prit de court; eux non plus ne s'attendaient pas à un tel retournement. Mais alors qu'un des partisans de la résistance s'apprêtaient à mettre Tulius en état d'arrestation, Armin jeta un regard d'agressivité envers le partisan, celui qui dit : "Ceci est ma cause. Tu es certes mon ami et mon allié, mais si tu me prives de mon affaire personnel, je n'hésiterai pas une seule seconde à te tuer."

 

Armin hurla aux résistants de bloquer les issues à la fuite de Tulius. Tuer son cruel et autocratique père serait à la fois le punir et se distinguer de lui; la parentalité n'a pas à être une condamnation à ce que les choses recommencent sans fin.

 

Tulius n'eut pas d'autre choix que de se battre contre Armin. Tulius comptait beaucoup sur sa parole pour déstabiliser Armin, tandis que ce dernier se concentrait sur le combat avec le + de créativité possible pour vaincre le tyran. Une blessure dans la longueur de son bras acheva Armin de faire au-delà de son maximum pour vaincre Tulius. Les résistants vinrent réconforter Franz de son acte, le félicitant d'avoir tué un monstre. La 1ère et principale moitié de l'Empire de Kirov est tombé.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche