Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 21:25

J'ai assez peur dans la vie. Probablement même paranoïaque.

Je me dis que j'ai trop accumulé de galères et d'échecs pour bien apprécier l'avenir. J'aurai aimé ne pas être aussi passif si on ne m'avait pas bassiné sur l'avenir plein de gloire et de réussite. C'est trop tard que je l'apprends.

Celà aurait-il fait une différence si je l'avais su + tôt ? Les offres de formations dispersées et approximatives en termes d'optiques d'avenir étaient déjà assez mince : c'est très souvent pour elle-même que nombres de formations existent, et pas tellement pour permettre de mettre un pied dans l'avenir. Chose qui relève encore trop du hasard pour permettre à une population de croire en l'avenir, dont une partie non négligeable se raccrochera volontiers au passé; on ignore souvent si c'est pas conservatisme ou par désespoir de cause.

Le facteur accablant, ce sont également la télévision. Regarder le battage autour de la rentrée scolaire, et son marasme de peur, d'angoisse de la mainmise de l'éducation nationale envers nos esprits. L'école n'en est pas moins une prison pour enfant. Le climat mental d'anticipation est néfaste et *jamais*, la société ne fais des efforts pour permettre aux enfants des pauses substantielle dans la journée pour retrouver les parents, au lieu de se revoir seulement 1h le midi pour se consoler. Aucun enfant dans l'Education National n'apprend la liberté, ils apprennent surtout la servilité d'un système qui veut toujours + se substituer à des parents qui ne reviennent voir leur enfant que 2 à 3 fois dans la journée, et sont bien sûr interdit d'entrer en classes pour soutenir leurs petits, au lieu de s'en séparer toujours aussi brutalement. Que l'école de la petite enfance laisse + fréquemment et beaucoup + longtemps les parents voir leurs enfants au lieu de toujours faire intégralement confiance au personnel, et laisser les esprits perdus et incertains s'isoler les uns des autres. On apprend pas la vie en communauté si on oblige des enfants à se séparer de leur parents.

Il y a tellement de choses qui font naitre des peurs, toutes ces peurs se conjugent, et vous obtenez une partie de la population qui est assez fermée, sans que ce soit necéssairement un acte conscient de fermer des barrières.

J'ai peur de l'avenir.

J'ai peur de ne jamais en trouver.

J'ai peur de ne jamais gagner et avoir ma propre vie.

J'ai peur de la vie en général, même de la mienne.

J'ai peur de vivre.

J'ai peur de la douleur.

J'ai peur de ne jamais être assez doué ou assez bien pour trouver quelque chose.

J'ai peur de ne jamais être à la hauteur.

J'ai envie de dire que j'ai peur de tout, tant pis pour l'exagération.

On en a trop attendu de moi. On a souvent manifester de la déception quand je ne réussi pas quelque chose. A celà, je suis pris en des feux multiples : plutôt ne rien faire que d'être triste encore une fois, parce que le peu d'ambition que je manifeste devient un échec. Je me sens facilement détruit.

L'inaction est la seule consolation qui existe quand il n'y a aucune réussite qui nous prouve que quelque chose est possible. On affirme que l'on apprend de ses erreurs, mais apprendre de ses erreur, c'est surtout apprendre à perdre quand l'échec n'est pas rare. Les orgueilleux de la réussite feraient bien de le comprendre au lieu d'enjoindre bêtement la multiplication à perte de nouvelles expériences.

Gens qui réussisent, touchent un salaire, un retraite, avez une vie bien réussie globalement... Sachez que je ne suis pas jaloux de vous, celà ne serait qu'inutile querelle. Mais quand vous faites la morale sur les 12 marches de la réussite, faites l'effort d'imaginer ce que ressent celui qui ne réussit pas. La douleur que vous infligez avec votre gloriole est insupportable. C'est encore pire quand vous vous plaignez qu'il n'y a pas de réussite des autres. Vous finissez par passer pour des imbéciles chanceux qui n'aviez à pas faire grand chose pour y parvenir. + vous vous plaignerez qu'il n'y a pas meilleure réussite que la vôtre, + votre réussite passera pour de la triche, de la chance vantée à tout va.

Oui, gens qui réussissez, je vous déteste, vous me débectez. La seule fois où celà ne se produit, c'est quand vous comprenez que la difficulté existe. Je ne suis pas ingrat envers les démonstrations d'humilité.

Médias dogmatiques, société figée, classes politique peu en phase, syndicats sectaires car trop puissants... Oh, la liste est trop longue... Faites preuve de tacts et de compréhension, ou vous n'arriverez jamais à rien, et votre haine de l'échec. La haine de l'échec est pire quand elle vient de quelqu'un qui a beaucoup réussi, de quoi faire passer un tel individu pour un parvenu. Ce qui est étonnant, c'est que ceux qui l'ouvrent le + sont ceux qui n'ont pas trop à se plaindre de leur qualité de vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by regard-existence - dans Réflexion personnelle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche