Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

L'on souhaite peut-être savoir comment j'en suis nommer mon blog par "regard-existence" ?

 

Le début de réponse qui me vient en tête, c'est la recherche d'un certain équilibre en matière d'ego : Si je prenais un surnom qui sonne déjà-vu ou frimeur, qu'il s'agisse de quelqu'un de réel ( Voltaire, Victor Hugo... ) ou fictif ( Shadow, Guybrush, Dark Vador...) , j'aurai l'impression de paraitre pour quelqu'un qui se la pète. J'ai souhaité éviter aussi un surnom qui évoque quelque chose de politisant ( démocratie, république, tous partis politiques ), d'utopiste et même de fataliste.

 

Le nom de regard-existence vise à éviter tout bridage catégorique qui couperait la curiosité de visiter mon blog, le regard que je porte moi-même sur l'existence n'oblige nullement à être un positiviste bornée ou à devenir un "tous pourris", je vise la neutralité du point de vue, la considération d'un maximum d'opinions exprimé par courtoisie, et à terme, c'est le réalisme que je cherche. Le réalisme, c'est voir les choses telles qu'elles sont dans toutes ses nuances, tandis que les émotions et autres éffusions de sectarisme, d'aggressivité qui empiètent sur la réflexion philosophique sont exclues.

 

Le réalité se détache de tout fioriture d'humeur et d'état d'âme. Et parfois, la réalité est modifié en fonction des actes et parfois même des paroles. Imaginons cette mini-histoire :

 

Sur 3 personnes qui voyagent en bateau, une gallion espagnol par exemple, le bateau souffre d'une avarie en mer, et personne ne sait quelle est cette avarie. Tous les recoins de bateau sont inspectés, et il semblerait que c'est la cale qui a une fuite. Les membres de l'équipage font de leur mieux pour réparer la fuite, rien ne permet de savoir si le travail a été fait correctement ou non ou si les facteurs divers ( qualités du personnel, météo... ) permettent ou empêchent la survie du bateau. Chacun des 3 personnages ne peuvent faire guère plus et réagissent de la manière suivante :

 

- L'optimiste : Ca va bien se passer.

- Le "pessimiste" : Nous allons couler.

- Le réaliste : Qui vivra verra.

 

Le 1er individu "cherche la bonheur", sottise qui consiste à se conditionner à porter des oeillères, utilsant quelquefois la méthode coué, lobotomie de surcroit. Le 2ème préconçoit l'obstacle et la tentative de le résoudre comme un échec, et se refuse à considérer l'éventualité du contraire, comme son collègue précédemment cité. Le 3ème reconnait intégralement les possibilités qui peuvent naitre de l'évènement.

 

Là où l'optimiste et le "pessimiste"  ( il parait que la simple éventualité d'émettre un doute sur quelque chose suffit à être étiqueté de "pessimiste", on reparlera du totalitarisme ) utlisent les états-d'âme et donc les émotions comme un pari purement arbitraire, le réaliste ne se tourmente pas avec des appréhensions et ne met jamais de côté les diverses tournures que peuvent prendre les évènements.

 

La peur de la mort tourmente les esprits, et c'est cette peur qui crée des souffrances morales, ce que l'optimiste engendre, aveuglé par son utopie. Le fataliste ( je préfère ce terme à "pessimiste", trop galvaudé pour être sérieux dorénavant ) affirme avec une certaine complaisance que la détresse de la mort est sûre d'arriver. Ces deux-là font la paire, car ils s'enferment pour ne pas reconnaitre l'éventualité que le destin pourrait ne pas être un chemin tout tracé à l'avance dès la naissance.

 

Le dernier, le réaliste, reconnait toutes les éventualités, mais ne coure pas le risque de parier avec l'espoir, il reconnait implicitement ne pas savoir de quoi l'avenir sera fait d'autant qu'il n'a pas les moyens de jauger exactement de ce qu'il ressortira de cette expérience, tout est pesé dans son analyse selon les moyens à dispositions, et l'influence de ce qui se passe ne dépend jamais exclusivement de ce que pense un être humain, tout au + reste-t-on passif si on estime que c'est la volonté qui fait aboutir. La philosophie de découvrir reste encore préférable si on considère que la passivité n'est pas souhaitable. Le réaliste fait preuve de prudence dans sa pensée, et n'est pas en conflit moral avec les obstacles qu'il rencontre.

 

Le regard sur l'existence, je le considère comme se devant d'être le + large possible. Une pensée nuancée et variée est difficile à atteindre.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche