Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 12:00

La discrétion n'est pas toujours absolue.

Après s'être généreusement servit en fausse monnaie pour la charrette, le groupe repartit vers une des montagnes de Onominaeh. L'une d'elle s'appelait "Avenir" (certains membres du groupe se gaussaient de ce choix de mot naïf tant Onominaeh ne pense qu'au fric en guise d'avenir). Là bas, le groupe achetait un max de minerai jaune pour l'accumulation d'énergie.

 

Les aventuriers retournèrent à Sanssou. Il y a affrétèrent un bateau dont la mission serait de transporter le chargement jusqu'à Ezage, et à son tour, Ezage ferait transporter (avec son armée) le minerai jaune pour Eltar. Oui, ils auraient pu faire transporter le minerai jaune vers Uditer directement, mais le groupe n'avait pas confiance dans cette société escroc qu'est Onominaeh. Les aventuriers craignaient également qu'une cargaison trop longtemps en mer finirait par tenter les marins.

 

Le groupe se remit en route pour le sud d'Onominaeh en évitant au maximum ce qui est urbanisation : ils ont quand même participé à la diffusion de la fausse monnaie, et il peut arriver que la police prête attention aux paroles d'un criminel qui en dénonce d'autres.

 

Les aventuriers entendaient un contact, et c'était Jahel qui leur parlait. L'empereur voulait que les aventuriers aillent à Batul trouver des renseignements sur une arme épouvantable que Talebal serait en train de concevoir. Les renseignements permettrait de quoi fabriquer des moyens de prévenir et/ou guérir des effets de cette arme dont ils ignorent encore le fonctionnement, et qui seraient les personnes visées. Les aventuriers reprirent la route.

 

En continuant vers la côte sud d'Onominaeh, Aymar aperçu un oiseau dans le ciel. Aïe... Aymar, roublard, et souvent voleuse parano, voyait en cet inoffensif oiseau une menace; peut-être transportait-il un message à propos d'aventurier ? Elle supplia Shin de tirer une flèche pour abattre le piaf. Mais Shin manqua cette cible trop mouvante. Théo fit claquer le fouet pour hâter davantage les chevaux.

 

Pas loin des plages où arrivaient les aventuriers, ils avaient la confirmation qu'il y avait du monde qui les attendaient; Samaya était partie en éclaireuse, pour aller vérifier.

 

Théo suggérait de foncer comme des bourrins. Sans perdre de temps à discuter de cette option, Aymar pensait qu'il fallait trouver un endroit où il y aurait le moins de garde. Mani s'empressa d'ajouter qu'agir de nuit serait le mieux, et qu'au lieu de trop se risquer à être vu, ce serait les torches des gardes qui aideraient un minimum à se repérer.

 

Le double de Mani chevaucherait Brazier, suivi de Lumière, le cheval de Théo. Ensemble ils iraient mettre un foutoir monstre pour distraire une partie des gardes, et les mener vers la forêt en les distançant. C'est ce qui se passa. Le clône de Mani montrait mine de rien une part extravertie cachée de Mani. Le clône montra ses fesses aux gardes; certains étaient excités, d'autres franchement énervés de cet exhibitonnisme indécent. "Je vous chie dessus !", hurlait le clône. Brazier et Lumière pondèrent une merde de feu, ce qui ne manqua pas de faire chier tous les gardes. Une partie importante d'entre eux coursèrent Mani et les 2 chevaux.

 

Discrètement, le groupe amenait la charrette à la plage pour en refaire un bateau. Les aventuriers préféraient ramer pour la discrétion : Grunlek avec sa main d'acier/pierre, Théo avec le pommeau de son épée, Bob avec son bateau magique, Shin avec son arc. Ca avançait très peu. Les filles aidaient en se servant de leurs armes ou de leurs mains, fournissant à peine davantage d'accélération. Le bateau avançait encore trop péniblement.

 

Seul restait Mani, allongé à l'arrière du bateau, qui pensait que tout allait pour le mieux. Il ne réussit pas à se reposer à cause de la tension ambiante du manque de vitesse du bateau. Ses machettes étaient alors tenu par ses nattes. Celles-ci allèrent dans l'eau. Ensuite, sous l'eau, les nattes tournaient avec les machettes en guise d'hélice. Le bateau avançait ainsi beaucoup + vite grâce à Mani, cependant fixé d'un regard coléreux par le groupe qui avait marné pour rien : il aurait pas pu faire ses trucs avant ??

 

Assez loin des côtes, loin du regard des gardes, le groupe était enfin tranquille. Le baton de Bob était fixé au bateau, et pour faire une voile, la robe de Bob serait idéal. Le manque de vêtements de Bob a ensuite été compensé par la technique des pingouins; se serrer les uns les autres pour se maintenir au chaud. Durant la nuit, Samaya, Fendelle et Grunlek se sont relevés pour naviguer l'embarcation.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 21:21

Passer à l'attaque est inévitable.

Le groupe prévoyait un plan d'attaque. Il y avait 9 aventuriers. En ajoutant les animaux et les invocations, il y a 14 compagnons en tout. Il n'y a pas que Degolas qui a faire venir du monde avec lui.

 

Shin trouvait que Icy ne ferait pas l'affaire, et qu'il ne souhaitait pas gâcher sa magie en tentative de rendre Icy puissant, car même si ça marchait, Shin se retrouverait avec beaucoup moins de magie à disposition s'il en avait besoin.

 

Hmm... On dirait que ça fait 13 compagnons en tout. Discrètement, les aventuriers réussirent à s'approcher, prêt à piller l'imprimerie du maximum de fausse monnaie.

 

Mani désinvoqua son double pour le réinvoquer à une certaine distance de l'entrée principale. Shin avait invoqué 2 couteaux de glaces pour le double de Mani, afin de ne pas risquer de perdre les machettes. Le double prit un caillou pour le jeter à une fenêtre. Bob et Théo invoquèrent leurs montures aux côtés du double de Mani. Devant cette menace démonstrative, une partie assez importante des renforts de Degolas partirent à l'attaque, une autre partie étant probablement restée en défense. Théo et Bob avait réussit à faire passer le double pour un dangereux guerrier invocateur.

 

Théo et Grunlek étaient de corvée pour tirer la charrette jusqu'à l'entrepôt à faux fric. Comme le bruit qu'allait faire la charrette était inévitable, le reste du groupe se jeta au combat. Une nouvelle fois, Eden surveillait. La louve pourrait participer au combat, elle en est capable. Mais qui sait quelle colère saisirait Grunlek si Eden était blessée, même légèrement...

 

Shin et Théo, en frères d'armes bien synchronisés, avait instinctivement un plan dans l'entrepôt; Shin créerait le + d'eau possible sur le sol de l'entrepôt. Théo patienterait jusqu'à ce qu'il y ait pas mal de gardes, en défense de Degolas, qui soient descendus voir ce qui se passe. C'est alors que ce bourrin colla son épée à la flotte, lâcha de l'électricité dedans. Quelques secondes + tard, il y avait une odeur de poulet grillé qui ne déplaisait pas aux sadiques du groupes, et même à Shin (qui avait accusé Grunlek d'avoir préparé le repas pendant le combat).

 

Le combat terminé et les être magiques désinvoqués (sauf pour les chevaux attachés une fois encore à la charrette), Degolas était à nouveau seul. Il avait beau essayé de fuir, c'était peine perdue. Théo intervint pour empêcher Fendelle, malgré ses envies, de torturer Degolas. Il souhaitait que Degolas soit juste attaché et suspendu au plafond comme un cochon. Il serait dénoncé à la police locale. C'est finalement cette décision qui est prise.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 21:54

Fendelle, douce rêveuse d'un côté et maitresse des ténèbres de l'autre, voulait jouer avec Degolas. Elle pronostiquait que c'était un pervers sexuel qui ne pense qu'au cul, et pour s'occuper de lui, elle serait mieux placée que Bob (qui s'est pourtant déjà illustré en orateur merveilleusement menaçant). Fendelle avait envie d'exciter Degolas puis de le décevoir. Elle a alors changé de tenue de travail, et demanda au groupe d'être moins esthétique qu'elle; espérant être convoquée pour des "heures sup'".

 

Ce soir là, Fendelle était demandée de rester jusqu'à 1 heure après la fin de son travail. Bob nouait une connexion mentale, tandis que Laurène permit au groupe de voir et entendre les mêmes choses que Fendelle, notamment la discussion suivante :

 

- Fendelle : [Voix attentionnée] Vous vouliez me voir ?? :)

 

- Degolas : [Retenu] Oui... Voilà... Je trouve que vous travailler très bien. Et d'ailleurs, je vous trouve très belle, aujourd'hui.

 

- Fendelle : [Souriante] C'est vraiment très gentil de votre part.

 

- Degolas : Je me disais... Vous pourriez vous faire bien + d'argent.

 

- Fendelle : C'est vrai que j'ai du mal à payer mes factures. Je suis souvent juste à la fin du mois...

 

- Degolas : Alors je crois que nous pouvons nous arranger... J'aimerais vous présenter à des amis à moi.

 

- Fendelle : Lesquels ?

 

- Degolas : Des gens sérieux qui ont un bon travail, certains mariés. Je pense qu'ils apprécieraient de discuter avec vous, et de parler de notre entreprise...

 

- Fendelle : Ou encore de ce qui passe à l'imprimerie après la fermeture ?

 

- Degolas : Quel est le rapport ? Je ne comprends pas.

 

- Fendelle : Je veux bien aider pour fabriquer de la fausse monnaie.

 

- Degolas : Hein ? Ahh, c'était pas de ça dont je voulais parler.

 

- Fendelle : Je l'ai décidé. Je connais votre vilain secret, et les pros de la finance seraient furieux s'ils apprenaient ce qu'il se passait.

- Degolas : Ahhh, euh... Mais... Vous ne savez pas à qui vous avez à faire !

 

- Fendelle : Tu imprimes de la fausse monnaie. Tes amis sont tes fournisseurs, et ensemble, vous vous occupez de faire des reproductions idéalement exactes. Tu n'as pas été discret pour cacher tes activités. Je sais pour ton traffique.

 

- Degolas : Attends, que...

 

- Fendelle : [Sortant Amphore, sa masse d'arme] J'ai les moyens de te faire connaitre l'enfer de la douleur. Ta seule option est de m'écouter. [Par contact mentale, Fendelle fit savoir aux aventuriers d'entrer. Les aventuriers se répartirent de façon à empêcher Degolas de fuir]

 

- Degolas : [Ayant un regard très inquiet]

 

- Fendelle : Tu viens juste de t'aperçevoir que j'ai des gardes que je commande. Je vais te faire une offre que tu ne pourras pas refuser. Tu continues ta petite vie. On se tait sur ton traffic. Nous voulons un peu de ta fausse monnaie, et afin que tu ne sois pas trop ruiné par ma demande, mon groupe collaborera pour agrandir ton commerce. Comme ça, tu verses notre commission, et comme ton commerce clandestin prospère, tu ne pourras te sentir de refuser notre part.

 

Après, tu peux chercher à te débarrasser de nous. Tu ne pourras pas, parce que si tu le fais et que tu réussis, ta part va à nouveau se réduire à ce que tu gagnais avant. Et aux yeux de tes collaborateurs, ils en déduiraient que tu n'es bon qu'à stagner et à toujours refaire la même chose sans progresser. Si ton commerce régresse à nouveau à notre départ, et si tes amis ne sont pas bêtes, ils en concluraient également que tu t'es enrichis sans leur verser une + grande part des bénéfices. Ensuite, ils se méfieraient de toi en pensant que tu les as largués. Il est très facile de se faire des ennemis.

 

Acceptes, et on ne sera pas ingrat. Acceptes pour nous mentir ou nous faire un coup dans le dos, et tu souffriras. Si tu refuses, la même chose se produira. Ta réponse ?

 

- Degolas : [Après une assez longue hésitation] J'accepte...

 

- Fendelle : Tu as pris la bonne décision. Tu ne seras pas déçu. Tâches de ne pas me mettre en colère. Bisous."

 

Degolas était hébété. Mani doutait de sa parole, songeant qu'il puisse se rebeller et envoyer un assassin ou faire venir des renforts. Il laissa un double en surveillance pour écouter, voir, et suivre Degolas, où qu'il aille.

 

Les aventuriers partirent se coucher. Mani fit un rêve terriblement réel. Il rêvait qu'il voyait Degolas préparer des choses sans chercher à partir. Plusieurs renforts en + était arrivés pour lui. Il semblait préparer de quoi accueillir les aventuriers. Quand les aventuriers furent tous bien réveillés le jour suivant, Mani prévenait le groupe que Degolas a prévu de manquer à sa parole.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 22:54

La loi et l'argent se confondent, là où l'argent est roi et source de vie.

L'entente entre Uditer et Ezage se déroulant bien, les aventuriers s'étaient vu demandés de discuter une nouvelle et dernière fois avec un Ishaïm moins impassible, mais surtout + sincère quand il dit être content de parler avec les aventuriers.

 

Il avisait les aventuriers d'être prudent sur Onominaeh, leur prochaine destination. Bien que peu violente, la société du pays privilégie l'argent et l'échange comme un mode de vie. Une obsession, même. Il est ainsi presque impossible de parler franchement sans que la comptabilité et la notion de "valeur" viennent se mêler à la discussion. C'est pourquoi Onominaeh s'entend avec pratiquement personne sur le plan humain. Onominaeh est peut-être l'île la moins intéressante. Le messager avait failli oublier de préciser que les aventuriers pouvaient à nouveau lancer des sorts s'ils avaient besoin.

 

Les aventuriers n'ayant pas reçu de budget pour négocier des achats, ils feraient alors ce qu'ils font de mieux; foutre un bordel sans nom. Ils devaient trouver du minerai jaune pouvant encaisser de la chaleur, et même en stocker l'énergie pour une utilisation future. Ils devaient en voler dans une mine. Quoi de mieux que d'aller récupérer le chariot/navire laissé à une cachette. Grâce à Jahel, l'empereur d'Ezage, Théo et Bob peuvent à nouveau invoquer leurs destriers pour arriver + vite au sud.

 

Les aventuriers voyagèrent à nouveau au sud, direction : Sanssou, ville pauvre, car sans sous. Pour s'intégrer au paysage, les aventuriers trouvèrent des occupations, comme coursiers et dans l'imprimerie. Leur patron, tendrement nommé Degolas, avait un léger regard pervers. Grunlek avait innocemment surprit une conversation tardive entre Degolas et quelques hommes mystérieux. Il s'agissait d'une réunion entre faux-monnayeurs. Grunlek évita d'interrompre la discussion, rapporta la nouvelle au groupe durant le petit déjeuner.

 

Théo hurla à Grunlek : "Et t'as rien fait !?". "Calmes-toi, chéri, penses à ton cholesterol", répondait Laurène sur un ton doux et ironique à Théo. Grunlek n'osait pas dire son idée. Shin prit la parole pour essayer de dire ce que son comparse semblait vouloir; peut-être que le groupe pourrait acheter le minerai jaune avec de la fausse monnaie au lieu de le voler.

 

Comme Grunlek avait une bonne mémoire, il s'était souvenu que les gars bizarres avaient un autre rendez-vous. Pour Aymar, il serait + judicieux d'éviter de l'évoquer à Degolas. Lui demander une collaboration serait préférable pour sa petite affaire; personne n'est là pour rendre justice, uniquement pour mettre le foutoir à Onominaeh.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 19:44

Tout est si nouveau, par ici.

Le jour suivant, les aventuriers parlaient du nouveau paysage d'Ezage. Le sable était bleu roi. Les écorces étaient des arbres étaient oranges, et les feuilles des plantes comme des arbres étaient violettes. Il y avait comme une neige orange qui remontait vers le ciel durant le jour. Bref moment d'admiration d'une nature inhabituelle pour les aventuriers.

 

Le groupe tentait de contacter Eltar pour tenter de savoir s'il y a des choses importantes avant de contacter une partie des habitants d'Ezage, mais aucune réponse. Bien que Laurène soit plus douée en la matière, elle laissa Bob parler pour la déduction suivante : même en combinant ses pouvoirs avec ceux de Laurène, il n'est pas possible de se servir du contact télépathique avec Eltar. Bob s'éloigna du camp puis demanda au groupe d'entretenir les braises du feu de camp encore un moment. Après avoir tenté de lancer son sortilège de téléportation, Bob n'apparut pas au feu de camp; quelque chose empêche les sortilèges instantanés de fonctionner (comme la téléportation), dont l'exception est peut-être le pouvoir en place. Le groupe se demandait s'il avait été repéré le long des côtes.

 

La charette/bateau étant trop indiscrète, Shin et Aymar se mettaient à la tâche de le déplacer et de le cacher. Théo étant un pau feignant, il fut conscrit à la tâche d'aider les 2 autres. Le moyen de transport était caché près des roches d'une falaise, et Eden serait laissée en surveillance.

 

Les aventuriers finirent par arriver à Berosdem en évitant d'emprunter des chemins habituellement empruntés. Les habitants de Berosdem étant globalement de styles vestimentaires différents les uns les autres, ils décidèrent d'entrer et de visiter cette ville de taille moyenne; ni trou paumé ennuyeux, ni trop grande ville où il y aurait trop de tout. Les aventuriers tentaient de connaitre à la fois la ville et Ezage dans son ensemble.

 

Fendelle déduisait que Ezage aurait un potentiel qui rivalise avec Uditer. C'est peut-être là que l'on trouverait mages, scientifiques, ressources matérielles et intellectuelles pour améliorer le processus de transport dimensionnel. Grunlek aquiescait : se souvenant de Ucorai dans le monde d'origine, il se rappelait que plusieurs cités-états ont formés une alliance équitable qui ont su se défendre sans se laisser tenter à devenir eux-même oppression. Grunlek estimait qu'il y aurait peut-être une chance que Ezage, même provisoirement, rejoigne l'alliance cachée de Uditer et Rhebarane. La solution était de trouver un moyen de contacter le pouvoir central incarné par Jahel. Les aventuriers se donnaient 3 jours pour trouver une solution sur place, comme rédiger un courrier. A la fin de ces 3 jours, qu'ils trouvent quelque chose ou non, les aventuriers partiraient pour la capitale de Jahel, nommée directement d'après le nom de l'empereur.

 

Les aventuriers n'ont eu le temps de ne faire ni l'un ni l'autre. 1 journée + tard, vers midi, un homme au visage impassible attendait à une grande table ronde à l'écart dans l'auberge où les aventuriers séjournaient. L'aubergiste avait montré l'individu aux aventuriers. Grunlek, Théo et Samaya se méfiaient de l'idée d'aller parler. Aymar commençait à s'en vouloir de ne pas avoir été + prudente + tôt; le groupe serait tombé dans le panneau rien qu'en arrivant au large d'Ezage, leur présence peut-être déjà connue du pouvoir.

 

Laurène, Mani et Fendelle, chacune et chacun des arguments différents, disaient dans l'ensemble que rien ne pouvait indiquer à l'avance qu'il s'agirait d'un piège, et qu'il n'y a pas tellement d'alternative. Mani, + inquiet, pensait même que l'établissement était peut-être discrètement cerné. Le seul et unique choix par défaut restait donc de parler à ce personnage. L'homme impassible restait patient, probablement conscient des doutes qu'il pouvait concevoir lui-même. L'aubergiste prit l'initiative de dire aux aventuriers qu'il était préférable d'aller le voir. Ce que les aventuriers firent.

 

En s'approchant de sa table, l'homme fit un signe avec chaque main pour faire savoir aux aventuriers qu'ils peuvent s'asseoir, et que ce serait un honneur à accepter. L'homme prit enfin la parole :

 

"Je vous remercie d'avoir accepter l'invitation. Je suis Ishaïm, messager envoyé par notre humaine personne, l'empereur Jahel. J'ai un discours et une proposition à vous transmettre. Mon maitre est conscient de vos venus, et tout démontre que vous n'êtes pas de ce monde sinistre. Celà étant, vous n'êtes pas non plus des membres des empires concurrents et indésirables qui viendraient espionner ou assassiner des nôtres.

 

Nous avons nos protections envers les sorts dangereux et les espionnages multiples. Nous savons également que vous venez d'Uditer, empire distant aux intentions non-hostiles. Nous serions prêt à fournir du personnel, dont une partie à titre permanent et à la charge d'Uditer, comme de tout autres ressources que nous pouvons permettre de nous séparer sans perdre beaucoup.

 

Nous pouvons concéder de tel sacrifice si Uditer aide notre projet de neige éternelle. Transmettez notre proposition à Eltar, et si elle accepte, nous accepterons de vous fournir notre aide. Nous n'avons pas l'intention de changer de monde, simplement de contraindre le calme de celui-ci. Sachez au moins une chose : refuser une offre de l'empereur est une offense."

 

Les aventuriers durent accepter. Ishaïm disait aux aventuriers qu'ils avaient une exception à l'anti-magie instantanée; le lien mentale avec Uditer, afin de pouvoir communiquer la proposition à Eltar et son équipe; il était + prudent et + diplomate que les aventuriers le fasse, plutôt que le messager comme n'importe qui d'autre d'Ezage.

 

Pour ne pas souffrir des regrets d'une décision hâtive, une journée entière a dû être concédée pour une réponse demain soir. Et finalement, Jahel et Eltar s'entendirent directement entre eux sur les conditions d'exécution de l'entre-aide. La moitié du personnel pour Uditer est prête à la fois à travailler et à quitter ce monde avec l'île, tandis que l'autre moitié doit revenir. Les ressources matérielles et intellectuelles seraient disponibles, sans tout donner à Uditer. En échange et durant ce processus, Ezage attend également une aide à la construction d'un projet sur l'Hiver. Ni Bob, ni Laurène ne purent entendre tous les détails; la connexion mentale avait un bouclier magique, en + d'être chiffrée & cryptée.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 23:30

Les aventuriers reprirent la route. Bob avait une idée à exécuter. Sur le bateau/chariot avec Samaya, ils feraient un déplacement de feu en multi-téléportation afin d'aller + vite.

 

Samaya jeta, à de multiples reprises, une boule de feu le + loin possibles en la maintenant à quelque centimètre, selon le terrain, du sol comme de l'eau. Grâce au sort de téléportation de Bob avec le chariot/bateau (et tous les aventuriers dessus), le voyage serait + rapide jusqu'à une plage d'Ezage, continuant le voyage sur roues pour + de discrétion et moins de surprise, quitte à invoquer les destriers de Bob et Théo.

 

Arrivé à la plage, à tour de rôle, chaque aventurier était cocher. Bob distrayait tous le monde par son naturel et son bagout où tous le monde pouvait s'exprimer dans une convialité franche. Aucune attitude moralisatrice pour une ambiance encore + amicale et sincère.

Bromance.

Le voyage était plutôt long pour aller direction sud-est de l'île d'Ezage. Grunlek, + endurant, était le dernier à conduire les chevaux, assis à côté de Shin qui somnolait légèrement. Les autres aventuriers dormaient, sachant qu'ils seraient réveillés en cas de danger. Shin commençait la discussion avec Grunlek :

 

- Shin : "Grunlek, ça te dérange si je te dis un truc ?

 

- Grunlek : Non, pas du tout. Tu voulais quelque chose ?

 

- Shin : Voilà... Tu sais, quand on était à Rhebarane... Tu m'as empêché d'aller voir des filles pour leur donner du fric...

 

- Grunlek : Tu m'en veux ?

 

- Shin : Finalement, non. Tu m'as empêché de faire une bêtise et je t'en remercie.

 

- Grunlek : J'avais pas envie que tu bascules et que tu finisses en carte bleu pour ce genre de fille.

 

- Shin : C'était vraiment très gentil de ta part, j'ai beaucoup apprécié.

 

- Grunlek : Oh, tu en fais beaucoup là !

 

- Shin : Tu sais... Je crois que je pourrais faire de la place pour quelqu'un dans ma vie... Et je commence à en profiter.

 

- Grunlek : [Concentré sur la direction des chevaux] Tu trouveras bien quelqu'un un jour. T'en fais pas :)

 

- Shin : Ouais, t'as tout compris... Bon, ben je vais dormir. Préviens moi si on est arrivé :("

 

Soit Grunlek est un imbécile et il n'a pas capté le message de Shin, soit il ne veut pas de Shin, mais s'est retenu de le dire franchement. Ambiance soupe à la grimace. Shin s'endormait en se posant des questions sur la relation entre Grunlek et Eden.

 

Comme il faisait nuit, le groupe se cacha dans la forêt pour camper, puis organisa un tour de garde alternant 3 personnes pour qu'il n'y ait pas trop de fatigue accumulé durant la nuit.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 18:49

Des êtres surprenants.

Arrivé au-dessus des nuages, il y avait des habitations autour des troncs d'arbres (qui montaient encore, car les branches et les feuilles n'étaient pas visibles) sans toucher ces derniers. Il n'y avait que les habitations qui étaient jointent entre elles. Des habitants entièrement fait de bois étaient sortis voir cet étrange objet volant qui servait aux aventuriers pour se déplacer. Stabilisés à une certaine altitude, Grunlek accéléra la manoeuvre en lançant son bras mécanique vers un bord, amenant le dirigeable vers une rambarde où le dirigeable pourrait être amarré.

 

Tous le groupe était sommé de participer à l'épreuve, ce qui laisserait le dirigeable sans surveillance. Malin, Mani employa son double pour surveiller le dirigeable et s'assurer qu'il n'arrive rien, et dans le même temps, tous le groupe ne se déroberait pas de son engagement aux épreuves des nuages.

 

Les autres membres du groupe pourraient également invoquer leur créatures pour la surveillance, mais elle manquerait de discrétion et d'efficacité.

 

Le groupe marchait sans pouvoir aborder les habitants, peu habitués à ce que des étrangers viennent d'en bas, dont la réputation de dominateurs et destructeurs impitoyables empêchait les habitants de montrer ne serait-ce qu'une esquisse de confiance envers les nouveaux venus.

 

Une voix androgyne et paisible sans corps dit aux aventuriers : "Vous nous avez fait l'honneur d'accepter nos épreuves. Plusieurs branches vont s'allonger et toucher vos têtes. Nous avons besoin de parler. Nous parlerons avec vous, et la vitesse de la pensée va + vite que la parole."

 

Des branches touchaient 5 côtés de la tête de chaque aventuriers; front, arrière, tempes, dessus du crâne. Théo enleva son casque après hésitation.

 

La discussion avec les plantes insinuait un peu de panique chez les aventuriers, mais quelques moments + tard, la confiance était installée. La discussion entre les aventuriers et l'entité qui défends les habitants des nuages comme les arbres et les 2 gros arbres développait une amabilité envers les aventuriers. Ils étaient honnêtes chaque fois que celà leur était faisable, sans aucune mauvaise foi.

 

L'entité manifestait un désaccord. Jamais Igarél changerait de monde. Celui des aventuriers est trop dangereux, et la configuration de la zone naturelle ne lui permettait pas de garantir que le changement pour un tout autre monde serait commode. Quant aux 9 dictatures, aucune ne pouvaient ni ne voulaient gêner l'espace de préservation. Mais l'entité des nuages accepta d'aider les aventuriers à assagir le monde, même si celà comprenait la patience d'attendre le décès des autocrates.

 

Bob, pour au moins montrer sa bonne volonté, tentait de passer un pacte avec l'entité; Bob délimiterait une zone de protection par l'enfer de l'espace naturel. Si un jour, l'espace naturel spécial venait à être menacé, l'entité comme le gardien pourrait le déclencher. Le feu domestique et conditionné ne pourrait pas détruire l'espace naturel. L'entité accepta l'offre avec une certaine mesure, trouvant une mesure de sagesse dans la proposition de Bob; l'espace naturel spécial, n'appréciant pas tellement les humains et apparentés, s'en servirait. Ce serait un atout de protection supplémentaire. L'entité avisa les aventuriers de ne pas essayer de renverser le pouvoir situé à Corecef, même indirectement. Dans l'esprit des aventuriers, l'entité montra le pouvoir du vide, comment s'en protéger sur une grande zone, et des formules de compréhension. Les scientifiques magiciens d'Eltar ont apprécié de les connaitre.

 

Les aventuriers repartirent vers leur dirigeable, intact. Théo fut étonné d'apercevoir son épée hors de la marmite; l'entité avait téléporté son épée afin que Théo puisse la récupérer. Sans voir les habitants des nuages, il régnait une atmosphère apaisée. Après avoir repris les commandes, les aventuriers atterrirent près du cercle des longs arbres, et le dirigeable fut démonté, mais pas la marmite qui pourrait servir de bombe. Bob demanda à Fendelle de tracer un long demi-cercle du côté droit autour de la forêt, et à Théo d'en faire de même le long du côté gauche. Le duo se mit à la tâche. Fendelle aimait aider Bob; un rituel des enfers, pour faire souffrir la cupidité, lui faisait plaisir. Théo trouvait le travail chiant, mais il était content d'avoir retrouvé son épée.

 

Le cercle autour de la forêt enfin terminé, Bob dessina un pentagramme sur le sol, puis exécuta le rituel. Même si les traces dans le sol étaient effacées, le rituel resterait intact, et il n'obéira qu'à l'entité comme au gardien.

 

Les aventuriers décidèrent de ne pas aller à Corecef. Eltar ne pourrait pas s'y opposer (renverser un pouvoir étatique ou même juste le diminuer est une mission facultative) et l'entité gardien avait avisé les aventuriers en ce sens.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 21:12

Un endroit mystérieux.

1 heure + tard, Shin ne revint pas rejoindre le groupe. 1 autre heure + tard, Shin attendait prêt des arbres extrêmement hauts. Il était en fait assis, et réfléchissait. Son témoignage laissait les aventuriers pensifs; les arbres particulièrement hauts encercle 2 gros arbres assez grands dont les feuilles comme les branches pouvaient être vus. Poursuivant son témoignage en invitant les aventuriers à y voir de + près, Shin disait qu'il y a un arbre dont le tronc est en plusieurs nuances de bois aux feuilles multicolores.

 

Shin l'avait visité; apparemment, c'est un arbre qui collectionne toute forme d'espèce de plantes et d'arbres. L'esprit gardien (des lumières blanches) qui surveillait l'arbre disait que les aventuriers n'étaient bienvenus qu'à la condition qu'ils ne prennent rien ou une mort indiscutable s'emparerait de leur vie.

 

L'esprit gardien parlait de beaucoup de ce qu'il a vu dans ce monde, et que son rôle comme celui de l'arbre des vies végétales était de pouvoir, si besoin, régénérer la biologie de la terre. L'esprit gardien expliquait aussi que les longs arbres allaient jusqu'au ciel, et depuis le ciel, les habitants du bois pouvaient faire déclencher la foudre, entretenant les nuages pour se défendre et défendre les 2 arbres, mais aussi restés cachés, et que quiconque monte en haut ne pouvait plus redescendre, mort ou vif. L'esprit gardien n'en disait pas davantage comme il sentait l'approche des aventuriers pour que Shin aille les attendre ou les rejoindre.

 

Les aventuriers remarquaient le 2ème arbre inhabituel. Ses racines ressemblait à des pieds, des pattes et des chevilles. Le tronc était épais de plusieurs nuances et textures de peau. Les branches étaient totalement blanches, parfois hérissés de cornes et de dents. La plupart des aventuriers avaient peur, d'autres étaient fascinés. Tous avaient globalement compris de quoi le 2ème arbre est fait.

 

"Vous l'avez deviné", disait une voix désincarnée suivie d'une certaine lumière. Shin fit remarquer que c'était l'esprit gardien qui était matérialisé devant eux. "Cet arbre s'appelle l'arbre de la chair. C'est lui qui montre la commune construction, malgré des différences génétiques, ce qu'est un être vivant de chair, composé de ce qui l'aide à vivre, directement et indirectement. Son existence est dûe à la disparition progressive des espèce dites de chair. Sur cet arbre, il n'y a pas d'humains; s'ils disparaissent, la vie, ne connaissant jamais le game over, continuera néanmoins sans eux. Ils sont l'exception des espèces que nous ne régénérerons pas. Vous ne nous ferez probablement pas changer d'avis, bien que vos esprits soit radicalement différents de ceux que nous connaissons."

 

Les aventuriers avaient découvert un arbre fait de chairs, de velure et d'ivoire. Bob jubilait de cette découverte : il est donc possible de faire des arbres de chair. A moins qu'il ne pensait à l'argent qu'une découverte étrange et étonnante rapporterait.

 

L'esprit gardien avait un doute; il pensait que les aventuriers étaient des braconniers et des pollueurs, mais un aperçu de leurs esprits avaient provoqués un doute chez lui. Ce dernier imposa un choix aux aventuriers :

 

- Accepter un test des nuages.

- Partir pour ne plus jamais revenir.

 

Fendelle regardait le ciel. Grunlek était assis, attendant en étant accompagné d'Eden. Théo craignait d'aller au ciel par peur de la foudre qu'il commande lui-même; il pensait qu'il y avait là une exception majeure à son sort de foudre, qu'il ne pourrait ni commander, ni s'en protéger. Personne ne songeait à dire quoi que ce soit, et avant que Bob ne puisse parler, Laurène fit montre d'audace : "Nous voulons participer au test des nuages !"

 

L'esprit gardien avait accepté. Avant d'effectuer ce test, il fallait partir au dessus des nuages sans égratigner les arbres, ni détruire quoi que ce soit de l'environnement.

 

Escalader les arbres n'étaient pas préférables, par peur que le poids de tous ne fassent écrouler un arbre. Samaya, dont les talents sont multiples sans forcément être à leur maximum, avait une idée. Grunlek avait également la sienne.

 

Samaya estimait qu'il fallait se servir de gaz ou de vapeur d'eau suivant ce que elle, Shin, Théo et Bob sont capable de faire. Le groupe fabriquerait son dirigeable avec le tissu des tentes. Dans une marmite, Shin générerait de l'eau. Après, la marmite serait refermée avec l'épée de Théo à l'intérieur, le couvercle soudé et étanche. Ensuite, Théo injecterait de l'électricité dans l'eau avec son sort de foudre grâce à son épée dans la marmite. L'electrolyse produirait assez d'hydrogène pour permettre à l'équipe de s'envoler vers le ciel.

 

Grunlek pensait qu'il devait avoir lui de la corde. Shin se saisirait de Grunlek, puis le lancerait en haut. A distance, Bob augmenterait la projection de Grunlek en générant du feu sous ses pieds pour la propulsion. Éventuellement, pour ne pas tomber, Mani aiderait Grunlek à monter. Une fois en haut, et si besoin à l'aide de son grappin du bras mécanique, il monterait encore. Après avoir pu attendre un bord solide, il descendrait tout la corde qu'il peut, et si c'est trop court, il descendrait également son bras mécanique grâce à la chaine.

 

Après réflexion, c'était l'idée de Samaya qui était retenue. En cas de panne du dirigeable, l'idée de Grunlek serait une idée de secours si les choses foirent. Le dirigeable et l'hydrogène obtenus, les aventuriers montèrent loin au ciel. Tous le monde restaient vigilant par précaution, faisant des tour de garde et des alternances de repos entre eux, le temps du voyages.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 22:25

C'est assez calme, sur cette île.

A l'est d'Uditer se trouvait l'île d'Igarél, nouvelle destination des aventuriers, dont la capitale s'appelle Corecef. Pays au gouvernement d'un conservatisme redoutable, il était improbable que les aventuriers marquent quoi que ce soit de changement. Malgré ça, le pays n'est pas tout à fait une prison; + une ville est éloignée de la capitale où le palais est établi, + la vie était supportable sous certaines conditions extrêmes, quoique très mal compensées;

 

- Quiconque travaille à directement au palais, était très bien payé, mais malheureusement hyper stressé, et toujours trop fatigué en rentrant à la maison.

 

- Quiconque travaille dans un village près des côtes n'est pas très bien payé, mais n'a pas à endurer le stress. L'ennui et le manque de perspective finit par créer des habitants peu créatifs et sans ambitions.

 

Puis, au milieu, il y a ceux qui sont assez loin de la capitale, mais assez loin également des bleds paumés. Entre deux. N'ayant jamais le plein avantage de l'un ou de l'autre, et pas mal de défauts des 2; s'ennuyer, être fatigué, et n'avoir aucune créativité.

 

Les aventuriers, dans leur ensemble, avait jugé qu'il valait mieux ne pas tenter de bouleverser la société d'Igarél. Qui sait quelle autre dictature imprévisible et pleine de mauvaises surprises supplémentaires il pourrait y avoir en cas de renversement.

 

Au loin, Samaya interpelait le groupe. Une forêt de long troncs d'arbres montaient à tel point au ciel qu'on ne pouvait voir ni les branches ni les feuilles. Shin se prenait à rêver de cette xenobiologie inhabituelle. Il pensait à haute voix que les branches mèneraient au-dessus des nuages, et peut-être existait-il un peuple. Théo, raisonnablement croyant, était assez songeur sur l'idée de monter aussi haut : un mortel n'est pas censé accéder au paradis avant sa mort.

 

Aymar ne disait rien au groupe. De par sa nature de roublarde et parfois voleuse, habiter en haut d'un arbre était une planque, surtout en forêt. Craintive, elle dit au groupe de se montrer prudent; dans ce monde inconnu, il est parfois difficile de voir si on est en danger, si les plantes sont bien + vivantes et interactives ici que dans le monde d'origine des aventuriers... Bob, audacieux, estimait que se renseigner dans les environs serait une perte de temps supplémentaire. Une forêt inhabituelle compense l'absence de vie citadine pour ce magicien curieux aimant découvrir les phénomènes inhabituels.

 

"Je pars en avant !", dit Shin. Personne n'essaya de le retenir; Shin aime partir en reconnaissance. Le reste du groupe marcha alors d'un pas plutôt lent en laissant Shin partir devant.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 01:15

Théo et Grunlek semblaient nerveux. Fendelle admirait le climat de contrôle et de domination, disant que le groupe devait être audacieux sans singer l'empereur. Shin et Samaya se demandaient s'il y avait moyen de quand même s'évader, avant de songer à l'immense puissance d'Eltar. Bob, Laurène, Mani et Aymar réfléchissaient à l'écrit à des questions et des idées à dire au rendez-vous.

 

Le groupe finit par se mettre au travail, alternant moments où tous le monde parlait presque en même temps, moments où chacun savait laisser la parole, et silence, par manque d'inspiration ou d'idées. Et finalement, le groupe avait des idées, de quoi faire une sorte de conférence ! Il y aurait assez pour que l'empereur ne songe pas à faire exécuter le groupe d'aventuriers.

 

Le jour du rendez-vous avec le comité restreint de l'empereur, le comité comme le groupe d'aventuriers expliquaient leurs situations respectives. Eltar était la seule femme et elle était empereur [Je n'utilise pas le terme "impératrice"; ça fait princesse feignasse, c'est trop estampillé Sissi]

Les choses sérieuses commencent.

Avec gravité, le ministre des connaissances dit au groupe d'aventuriers que la sphère de voyage dimensionnelle était un gigantesque projet d'une opération appelée : "Exode". Le 1er conseiller dit au groupe qu'il n'y a rien à faire de ce monde où la satisfaction de la passivité et de la lâcheté primaient largement sur l'audace à l'intérieur de presque chaque pays, tandis que la méfiance généralisée interdisait, de fait, une alternative.

 

"Exode" vise à faire changer de monde tout Uditer et son écorce terrestre, quittant à jamais ce monde, pour emménager dans celui des aventuriers, lesquels seraient également transportés dans leur monde d'origine.

 

Le conseiller de la diplomatie est le seul à avoir envisagé qu'Uditer doive nouer une alliance cachée avec les pays "abordables", ou du moins avec des factions locales suffisamment puissantes. Grunlek disait que Rhebarane pourrait devenir alliée à Uditer, et qu'Ayofo a été remplacé par la Premier Ministre qui n'a rien à voir avec le prédécesseur.

 

La mission des aventuriers est double, et la liberté de choisir impossible : s'ils acceptent d'aider, les aventuriers pourront rentrer chez eux. S'ils refusent, ils n'ont aucune chance de repartir, car c'est Uditer qui a commencé à développer, qui détient, et qui développe encore le transport dimensionnel.

 

Après avoir dit le maximum qui puisse aider Eltar (étant sondés mentalement, les aventuriers peuvent avoir tendance à ne pas entièrement dire les choses ou manquer d'audace, mais pas question d'inventer un mensonge complet ou de tenter d'attaquer; les psionistes les signaleraient tout de suite).

 

Le conseil secret d'Eltar a accordé sa confiance aux aventuriers, et déterminé la longue mission des aventuriers à effectuer dans n'importe quel ordre :

 

- Nouer des liens avec un maximum d'alliés pour une alliance secrète.

 

- Contacter des scientifiques, des bricoleurs, des psionistes et des magiciens. Qu'ils rejoignent l'équipe de recherche d'Uditer accélérera l'amélioration du projet Exode.

 

- Trouver des matériaux pour pouvoir faire transporter l'île d'Uditer (et par voie de conséquence, les aventuriers) hors de ce monde.

 

- Rendre ce monde légèrement meilleur. Cet objectif est flou et facultatif, relevant davantage d'un conseil plutôt que d'un ordre; c'est toujours un + mais les aventuriers ne seront pas sanctionnés s'ils ne le font pas. Celà dit, les gens heureux se posent moins de questions, ils ne cherchent pas trop à savoir ce qui se passe...

 

- Ne pas merder.

 

De son côté, Eltar enverra Horanor comme chef des espions et des diplomates en mission secrète pour nouer alliance avec Rhebarane, de par le fait que ce soit la Premier Ministre qui la gère. De +, Horanor et la Premier Ministre se connaissent, ce qui accélérera le processus.

 

Eltar restera cependant prudente quant à l'aide qu'elle accordera; il est facile pour les gens qui reçoivent beaucoup de demander +; il vaut mieux que l'aide accordée puisse permettre au peuple de Rhebarane de pouvoir se débrouiller seul.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche