Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 19:13

A la cave, des tables ont été improvisé, tandis que Samaya, sans trop se dépenser, générait du papier et plusieurs stylos pour le groupe. Tous le monde lisait les rapports d'espionnage, le contexte politique des 9 empires, qui sont les empereurs, le chemin parcourut pour en arriver là. Les aventuriers retenaient surtout le résumé suivant :

 

 

Igarél. Nom du dictateur : Akafil. Autocrate mou et inutile. Déphasé. Administration partiellement désobéissante. La descendance du dictateur critique le régime. Dictature assez maladroite. Certains observateurs soupçonnent que les choses pourraient s'améliorer, mais de façon extrêmement lente.

 

Onominaeh. Nom du dictateur : Méhère. Absent. Trop absent. Soupçon d'un coup d'Etat en douce. Pas de révolte populaire. A peine + audacieux en ce qui concerne certaines réformes, mais toujours ultra-prudent. République corporatiste + attaché au développement économique qu'au développement humain ou environnementale. Une des dictatures les + neutres, ne cherchant pas à être ami ou ennemi avec les autres dictatures.

 

Ezage. Nom du dictateur : Jahel. Monarchie Parlementaire. Son dictateur est en fait un empereur dégoûté des violences inutiles et évitables. Même si des erreurs sont possibles, Jahel traite le peuple avec le + d'équité possible, y compris envers les criminels et les rebelles voulant renverser le pouvoir. Contrairement à des révolutions dites "prise de la Bastille", les prisonniers ne sont pas libérés sans examen préalable de leur cas; même une dictature peut avoir des raisons sérieuses et honnêtes d'avoir des prisonniers.

 

Rhebarane. Nom du dictateur : Ayofo. Le dictateur vit du racket, de l'aide internationale (jamais répartie équitablement) et de la criminalité. Son fonctionnement économique est exsangue, sans dynamisme, mettant la majorité de son budget dans 1 armée nombreuse mais sans réelle capacité d'agresser ses voisins sans vive représaille. La peur du désordre fait que les 8 empires versent une aide internationale à Ayofo sans pour autant être ami ou allié avec lui. Ayofo fait l'unanimité contre lui, cet enfant pourri-gâté.

 

Vyrbal : Nom du dictateur : Qiribar. Très zélé contre les fonctionnaires gourmand de pouvoir. L'administration est capable d'auto-gestion en cas de décès de l'empereur. Crainte du manque de discipline des fonctionnaires. Se sert beaucoup du travail forcé plutôt que de payer des gens pour le faire. Peu soucieux du traitement respectueux concernant le travail : tout travail mérite peut-être salaire, parfois pas entièrement versé.

 

Uditer. Nom de son chef : Eltar. Privilégie également une neutralité vis-à-vis du peuple. Peut-être + encore que Méhère, empereur d'Onominaeh. Empereur misanthrope détestant le public, et faisant son maximum pour ne pas être en contact avec lui, comme pour éviter les révoltes, notamment par une imposition faible. Encourage le peuple à l'autonomie plutôt que de lui accorder directement son aide. Evite autant que possible de recruter du personnel de chair et de sang, préférant du personnel magique, automatisé, ainsi que des illusions. Concentre le développement de l'Etat sur tout ce qui est recherche, magie, psionisme, environnement.

 

Batul. Nom du dictateur : Talebal. Rapport avec le peuple basé sur une charité calculée, pas sincère, afin de créer des militants qui se sont tous seuls infligé un lavage de cerveaux ==> "Mais il est génial ! ne critique pas mon généreux donateurs, ou je te tue". Rémunération du travail totalement arbitraire, faite à l'envie et au faciès. Mauvaise gestion de l'Etat fait fuir les meilleurs fonctionnaires partant bosser ailleurs quand ils le peuvent, rendant Batul encore + médiocre qu'avant. Dirigeant impulsif aux motivations peu compréhensibles. Talebal est entouré de fans cependant peu capables de bien faire fonctionner l'Etat.

 

Pérachède. Nom du dictateur : Murlar. Peu créatif, son chef a largement copié les méthodes de triche sur les autres dictatures, notamment les + dures et les + manipulatrices. Murlar s'enrichit grâce à l'extorsion, et n'hésite jamais à mentir quant à sa prétendue "honnêteté" (il trafique les chiffres de la comptabilité). Murlar, en parfait manipulateur, voire pervers narcissique, déteste dire les choses en face. Il n'a aucune humilité. Certaines rumeurs pensent que le dictateur est lui-même son propre point faible.

 

Etomil. Nom du dictateur : Uximas. Le + brutal de tous les dictateurs. Certains espions pensent, en tant que dictateur le + dangereux, qu'il est le chef d'une alliance officieuse avec Pérachède, Batul et Vyrbal. C'est celui dont la mort est le moins souhaitable, car s'il décède, les 3 empires se partageraient ses terres, des nostalgique d'Uximas existeraient pour combattre les forces de l'alliance d'Uximas. Une autre force chercherait peut-être à zigouiller toutes les forces de l'alliance pour imposer son propre fascisme. Ce que Uximas estime préférable d'obtenir dans de bonnes conditions, il achète avec une condition de retour sur investissement.

 

 

Les rapports évitaient de trop parler des origines sociales des empereurs, comme si l'enfance des empereurs n'avait aucune importance, heureuse ou pas, venant d'une familles de richos qui ont tout gardé/perdu ou de pauvres éternellement dans le rouge. L'accent était largement mis sur la personnalité des empereurs, qui ils sont, comment ils gèrent la responsabilité du pouvoir...

 

Le rapport précisait que les empereurs étaient des bandits unis par une volonté de s'en sortir vaille que vaille, et qu'un plébiscite progressif de leurs actes de criminalité les a amenés à une conquête progressive des 9 îles, + souvent par la force et la coercition que par l'altruisme. Par naïveté de la population, et par regrettable légèreté, ignorance, manque de courage ou de discernement, les gouvernements locaux et nationaux finirent par tomber les uns après les autres.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 15:15

Des touristes.

Un homme en tenue relativement présentable et un garde en armure amochée par la rouille vinrent voir les aventuriers :

 

- Homme présentable : "Qui êtes vous ? Quel est votre groupe ?

 

- Grunlek : Nous sommes les seigneurs... euh... les anneaux mi-mousses ! Je m'appelle Raymond. [Montrant Bob, Laurène, Théo, Fendelle, Shin, Aymar et Samaya], voici Jean-Michel, Isabelle, Ahmed, Ingrid, Gustavson, Keiko et Joanna.

 

- Bob : [Hésitant un moment] Euh, oui, exactement. C'est nous. Et vous, qui êtes-vous ? [Communication mentale avec Grunlek] (On discutera de tes conneries avec les prénoms après)

 

- Homme présentable : Je suis Vartor, délégué de notre premier Ministre. N'étant pas de ce monde, nous devons vous arrêter pour reconnaissance en vue d'une invasion potentielle. Veuillez-vous rendre.

 

- Grunlek : Mmmh... C'est vrai que si nous fuyions, nous n'aurions nul part où aller, et il serait compliqué de commencer à partir de 0 dans ce monde. [Regardant le groupe quelques secondes, puis constatant qu'il n'y a aucune réaction]

 

- Théo : D'un point de légal et par soumission plutôt que par respect, nous pourrions nous rendre. D'un point de vue tactique, nous n'avons pas à le faire, parce que nous avons le dessus. Être accueilli par un emprisonnement préventif me convainc de passer outre votre autorité. Notre équipement est en très bon état, tandis que le vôtre... Nous vous battrions sans problème votre garde du corps.

 

- Iartor : Hmmm... Vous marqué des points. Cependant, mon absence trop longue se ferait remarquer, et ensuite, vous auriez un régiment derrière-vous.

 

- Théo : Ce n'est pas un problème; vous deviendriez notre otages, et ensuite, ce sera votre régiment qui sera à notre botte. Que vous fuyiez ou que vous hurliez, nous n'aurions strictement aucun problème pour vous interrompre.

 

- Aymar : Et vos menaces sont un très mauvais point de départ si le but est d'avoir un semblant de contact avec nous.

 

- Fendelle : J'ai compris cependant que la peur du lendemain comme de la difficulté de vivre fait que vous vous comportez comme maintenant, et pour ma part, je me retiens de vous en tenir rigueur.

 

- Iartor : [Moins tendu] C'est vrai qu'il y a tellement de choses qui fonctionnent mal que nous avons développé de l'hostilité. Permettez-moi de vous remercier pour votre compréhension.

 

- Bob : Ma collègue est comme ça ! Et de +, la raison de notre visite vient du fait qu'une espionne de votre village a voyagé dans un autre monde, le nôtre, et elle nous a contacté par désespoir d'améliorer les choses dans celui-ci. Mieux : C'est d'ailleurs elle qui nous a remit une lettre, puis nous as dit de trouver une ville du nom de Survie, et de contacter la Premier Ministre pour convenir d'une stratégie de soulagement de vos terres, de connaitre votre monde, mais peut-être pas de le sauver vu l'ampleur gargantuesque de cette tâche.

 

- Iartor : Bon... J'ai eu peur du déclenchement de l'hostilité. Il sera beaucoup + simple de rencontrer la Premier Ministre dans ces conditions. Quand vous êtes prêt, suivez-moi, je ferai annoncer votre visite."

 

Iartor écrit un mot, le remit au garde, et ce dernier partit en courant. Le petit monde arriva pour voir la ville en ruine où l'herbe et les arbres poussaient sur les ruines plutôt que sur la terre trop stérile. Grunlek avait profité du trajet pour dire mentalement à Bob que cacher l'identité dans ce monde serait préférable pour ne pas être tracé, et qu'il valait mieux faire confiance à le moins de monde possible. Eden fut consignée de rester cachée à l'extérieur du gouvernement ministériel.

 

Le groupe remit la lettre d'Horanor à la Premier Ministre, et avant de faire quoi que ce soit, elle congédia Iartor, puis demanda aux gardes de sortir. Elle lisait enfin la lettre.

 

- Premier Ministre : "C'est bien une lettre d'Horanor, que j'espère encore vivante car la mort serait une mauvaise réponse à son aide précieuse. Vous êtes bien l'espoir éventuel de ce monde. Je suis heureuse de vous voir.

 

- Shin : Tata tata Tataaaaa ! C'est nous !

 

- Aymar : Mais à propos, que voulez-vous de nous ?

 

- Premier Ministre : Nous étouffons. Rien ne progresse, que ce soit sur cette île comme sur les autres. Des rumeurs nous viennent parfois que les choses seraient meilleurs dans un autre empire, mais chaque empire voit les habitants des autres îles comme des étrangers. Personne ne s'entre-aide à grande échelle.

 

- Laurène : Nous ne savons pas trop par où commencer. Avez-vous songé à migrer ? Partir discrètement de cette île, et ne jamais y revenir ?

 

- Premier Ministre : Nous pourrions... Mais pour nous installer où ? Les autorisations de sortie du territoire sont presque impossible à obtenir, et quant à l'autorisation de s'installer où nous voudrions, elles sont également impossible à obtenir. Je peux cependant vous fournir les rapports de nos espions répartis ça et là.

 

- Bob : Ce sera parfait. A propos d'Horanor, elle qui avait infiltré les laboratoires d'Uditer, n'auriez-vous pas penser, par hasard, à changer de dimension pour habiter la nôtre ?

 

- Premier Ministre : Ahh, on y pense... Mais déplacer tous le monde à l'insu de l'empire d'Uditer et de Rhebarane aurait terriblement manqué de discrétion, l'empire d'Uditer se serait mis en colère contre Rhebarane, et l'équilibre de la terreur des 9 empires aurait été brisée. Mais en effet, c'est pas mal, comme idée.

 

- Bob : Nous allons déjà prendre consulter les rapports d'espionnage, ce que vous savez, et qui sait, nous aurons peut-être encore besoin de mettre le foutoir dans l'hypothèse peu probable de réussir à améliorer les choses dans ce beau foutoir que sont les 9 dictatures.

 

- Aymar : Nous nous retirerons en privé pour voir ce que nous pourrons faire suivant les renseignements que vous nous donnerez, et les idées que nous envisagerons.

 

- Premier Ministre : Merci beaucoup une fois encore pour l'aide que vous nous apporterez. J'imagine qu'en échange, vous voudriez un moyen de rentrer chez vous. Car il sera difficile de mettre la main sur le moyen de transport qui vous a amené ici. Mais je ferais tout pour vous aider.

 

- Samaya : Nous réussirons ! Merci de nous avoir reçus. Nous nous retirons pour réfléchir sur un plan d'action.

 

Le groupe a alors établit son QG dans un entrepôt oublié en campagne, et en état suffisamment solide pour ne pas s'effondrer. Par précaution, le groupe avait alors établit son QG à la cave. Par précaution, Shin avait invoqué Icy pour le situer sur un poste d'observation élevé, pour vérifier si une personne s'approche dangereusement des lieux. Grunlek, selon le matériel de l'entrepôt abandonné, avait placé des pièges et rappelé au groupe où ne pas marcher.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 19:57

Les joyeux lurons.

Il fallut au groupe éviter autant que possible 3 postes frontières passablement bien gardé : le personnel de sécurité était tantôt en uniforme froissé, tantôt en armure cabossé.

 

Au 1er poste frontière dont le batiment était de taille très modeste, le groupe avait échoué; le seul garde qui y bossait les avait surpris. Eméché, il hurlait : "Béh anors !! Qué zé vous voutez là !? [Remarquant les 4 femmes] Eh oué ! Zêtes bien entourés !! Bah, si elles sont gentilles avec moi, je vous laisse tous partir !!"

 

Commençant à être énervée, Aymar commençait à s'approcher du garde ivre mais a été interrompue :

 

- Théo : "Attendez ! [Prenant amoureusement Bob dans ses bras en collant sa tête contre la sienne] Faudra d'abord nous passer sur nos corps si vous les voulez <3

 

- Bob : Théo, tu m'as toujours détesté parce que je suis un demi-diable. En fait tu as des sentiments pour moi [Regardant Théo, pas loin de "pleurer" d'émotion] J'avais oublié que la haine et l'amour sont liés :')

 

- Théo : [Parlant au garde] On fait un plan à 3, venez rire avec nous !

 

- Ivrogne : Bah hé, ça va pas nan !? Chuis pas comme ça moi !

 

Durant la discussion, les 4 femmes ainsi que Grunlek et Eden étaient assis, pour regarder le spectacle et se moquer du monsieur.

 

Ce dernier tenta de courir jusqu'à son poste, peut-être pour donner l'alerte, mais il ne fut pas trop difficile à rattraper, surtout parce que Shin (sans avoir été remarqué) était derrière lui. Shin allait tuer le garde, mais Théo l'en avait empêché; il avait une idée. L'archer de l'eau gardait en respect le garde, et tout le monde alla au poste frontière. A l'extérieur du poste, la majorité du groupe était tenue de surveiller pour voir si quelqu'un arrive.

 

A l'intérieur, Théo demanda à Laurène et Shin de bien tenir le garde bourré, et le maintenir assis. Théo prit l'épée du garde, mit la main sur la bouche du garde, puis l'égorgea. Il fit ensuite des entailles profondes dans les veines du garde. Ensuite, Théo demanda à Shin d'affaler le garde sur la table. Laurène, ayant comprit le plan, fouillait les lieux pour trouver une bouteille, en vida une bonne partie du contenu sur le garde, puis plaça la bouteille pas très loin du garde sur la table. Laurène prit le fric du garde. Shin prit un papier et un crayon, puis écrivit un mot avant de le placer sous la tronche du garde: "Lavi è uneu mairde. Jeu m'ai tué". Théo compléta le tableau en plaçant l'épée du garde dans sa main (peu importe si elle tombe, ça fait partie du plan). Théo, en inquisiteur, se demandait si une inspection donnerait lieu à une enquête. Comme n'importe quel flic, lui-même est capable de faire de fausses preuves. Rien ne clochait; n'importe quelle personne extérieure aux évènements conclurait à un suicide.

 

Les 2 autres postes frontières, toujours aussi délabrés mais mieux gardés, durent être évités. Arrivés à Survie, une ville déclinante (comme pratiquement toutes les autres sur Rhebarane), certains habitants fixaient brièvement les aventuriers, l'air étonné que des étrangers viennent sur leur île. Shin, Fendelle et Bob trouvèrent où laver et masser leurs pieds, laver et cirer bottes, chaussures, et pourquoi pas désodoriser l'intérieur (ça évite les champignons aux pieds dont je doute qu'ils soient comestibles).

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 15:15

La nuit n'étant pas encore tout à fait tombé, il fallait trouver un coin tranquille où dormir. Alors Shin chercha un coin suffisamment tranquille et boisé pour pouvoir y camper. Les tentes étaient plantées. Grunlek, Bob, et Eden irait chercher à manger : Bob a peut détecter certaines qu'Eden ne peut pas flairer et vice-versa, tandis que Grunlek a les yeux pour répérer de la bouffe, ou des herbes et des ingrédients. En ce qui concerne le tour de garde, 2 personnes faisant chacune 4 heures s'en occuperait : Théo puis Samaya. La nuit s'était bien passé.

 

Le lendemain matin, Théo était le premier à sortir du lit. Il dit à Samaya : "La vache, j'ai fais un rêve de cul, j'ai adoré ! [Air consterné] : Pourquoi le petit déjeuner n'est pas déjà prêt ? :("

Cette ambiance soupe à la grimace vous a été offerte par Théo.

Le reste du groupe émergeait progressivement. Tous le monde mangeait, sauf Théo : il était enroulé de cordes telle une momie (sauf la tête) et bailloné. Grunlek était le premier à le remarquer. Il voyait la mine maussade de Samaya, puis Théo pendu par les pieds. Il prit la parole : "Comme vous pouvez le voir, Théo est attaché à un arbre. Surtout, ne poser pas de questions, merci." "Mais pourqu...", dit Shin, interrompu alors qu'il voyait le regard noir de Samaya.

 

Le déjeuner a été fini dans une assez bonne ambiance. Théo fut détaché, mais Samaya insistait pour qu'il n'ait que les restes, tandis que la route devait reprendre. Se rappelant ses pires heures de sa formation militaire, Théo se contenta du maximum de ce qu'il restait du déjeuner. Les tentes étaient pliées, les outils rangées, les sacs en ordre.

 

La marche reprit. Théo invoqua Lumière, son cheval, puis invita Samaya à monter et dormir dessus, tandis qu'e Théo continuerait à pied en tenant la bride du cheval. Théo se faisait bien pardonner de la fatigue et du stress de sa remarque du matin.

 

Bob invoqua Brazier, puis invita Fendelle à monter dessus. Bob ne voulait pas qu'elle soit fatiguée. Fendelle, avec un peu le trac de cette nouvelle expérience, monta sur le cheval pour l'appréhender. Sensible, Fendelle commençait à apprécier d'être provisoirement cavalière. Grunlek ne se sentait pas de prêter ni d'essayer Eden comme monture.

 

Quant à Shin, Icy n'est même pas une monture qu'il pourrait prêter. Il invoqua quand même son mini-élémentaire pour faire fondre Laurène et Aymar (Hey, hey, 2 filles draguées d'un coup ! Shin avec un S, comme Super-Dragueur !). Laurène et Aymar, en femmes chevronnées de la vie, étaient à peine impressionnées malgré l'intention (Désolé Shin, tu l'as derrière l'oreille, maintenant !)

 

Shin dissipa Icy d'une gifle pour sa présente inutilité, puis généra 2 dagues de glaces; il commençait à être jaloux des atouts de drague de Théo et Bob et leur cour d'équitation qui plait aux filles. Grunlek consola Shin : "Allons Shin. Faut pas désespérer ! Toi aussi un jour, tu pourras invoquer un cheval de glace !" Shin, généra une 3ème dague à sa ceinture; la tentative de consolation était tellement pleine d'espoir qu'elle en devenait maladroite.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 12:44

Changement de décor.

Arrivé au sud de l'île, il restait encore à savoir comment arriver à Rhebarane. De jour, le groupe risquerait d'être repéré. De nuit, le groupe risquerait d'être repéré (à cause de la lumière, y a pas grand monde à avoir la vision nocturne dans le groupe).

 

Pour le déplacement, c'est hard là aussi. Il faudrait nager, et à moins que Théo n'ait une armure à la fois solide et très légère, il faudrait qu'il l'enlève qu'il le mette dans une barque ou au moins un radeau, pour se rhabiller de son armure après. La solution serait, comme le dit Théo, de couper du bois, mais ça rendrait Grunlek grincheux. Shin avait une idée : il ferait une barque de glace suffisamment longue pour tous le monde. Mais sur 4 heures pour ramer et à maintenir la glace, Shin n'étant pas un mage de glace à proprement parlé, pas sûr que la barque tiendrait.

 

C'est alors que Bob avait une idée; il s'allongerait sur le dos, avec une extension glace faite par Shin, pour flotter et transporter tous le monde. Si besoin, et avec l'aide de Samaya, Shin ajouterait à aux pieds de Bob de quoi asseoir 3 personnes. Bob servirait de radeau.

 

Dans la barque de glace par extension aux pieds seraient assis Grunlek, Eden, Samaya. Laurène serait assise sur le torse de Bob ("Oh ouais, bébé, tu fais battre mon coeur !"). Shin serait assis sur les tibias de Bob. Aymar sur les cuisses.

 

Bob avait encore de la place pour Théo, mais ce dernier hésitait :

 

- Bob : "Bah alors ?? Qu'est-ce que t'attends ?

 

- Théo : Je crois que je suis trop lourd, on coulerait.

 

- Bob : Allez, viens voir papa !

 

- Théo : Chépa, j'aime pas la place qui me reste :(

 

- Bob : Allez, montes ! Ca craint rien !

 

- Théo : [...] T'as pas intérêt à en profiter, sinon, je change de place !"

 

Tout le monde ayant enfin embarqué, le feu commençait à apparaitre aux pieds de Bob. Bientôt, l'embarcation humaine emmenait vers l'île de Rhebarane. Comme le voyage durait un petit peu longtemps, Samaya compensa en lançant elle-même une propulsion de feu, tandis que Shin maintenait la solidité et la glisse de la plaque de glace sous le dos de Bob.

 

Enfin arrivé vers une plage déserte, tous le monde descendit. Laurène devait aider Shin à arracher la plaque de glace du dos de Bob, mais ce dernier fit un premier geste de la main pour leur faire signe de s'arrêter. Dans le dos de Bob, une fumée légèrement épaisse mais transparente s'envolait; il faisait fonde la glace de façon très pro.

 

Tous le monde était content du voyage. Théo, tendu, se mettait la main aux fesses pour vérifier s'il y avait quelque chose d'anormal.

 

- Bob : "Qu'est-ce t'a, t'as mal au cul ?

 

- Théo : Nan, nan, ça ira, héhé é__è

 

- Bob : T'y as pensé, petit cochon ;)"

 

Aymar rappelait au groupe qu'il fallait aller à Survie, la ville d'où venait Horanor, et transmettre des nouvelles d'elle au Premier Ministre.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 12:01

Là-bas, personne n'a entendu parler des aventuriers

Les aventuriers avaient prévu large sur les vivres, les vêtements. Après inventaire individuel du paquetage de chacun, Horanor activa le module de transport, mais programma un point de chute loin de Cineteco, la capitale de Uditer. Par souci de garder intact sa couverture, Horanor devait y retourner. Elle eut le temps de dire aux aventuriers où aller, et ce qu'ils devaient faire :

 

- Aller à Rhebarane sans trop se montrer : les empires ont une phobie de ce qui est extérieur à eux-mêmes. Trouver la ville semi-urbaine de Survie.

 

- Dire à la Premier Ministre que Horanor a réussi sa mission, et qu'elle est vivante.

 

- Connaitre le contexte des 9 empires, les humeurs de chacun, ce qu'ils pensent entre eux les uns les autres, s'il y a un risque de conflit.

 

- Réfléchir à un plan pour rendre le monde meilleur, ou au moins un peu + vivable.

 

Horanor remit même une carte à Bob avant de partir, pour que les 8 aventuriers sachent mieux où aller pour arriver à Survie, sur l'île de Rhebarane.

 

Fendelle disait au groupe qu'il était préférable de se déplacer en restant caché le + souvent possible, et en croisant le moins de monde possible; les 9 empires habitués à eux-mêmes ont une phobie probable des étrangers. Fendelle ajoutait ensuite qu'elle pouvait dépenser de la magie pour sonder les lieux et vérifier si la voie est libre, surtout à proximité de lieux urbains, quitte à finir par avoir les batteries épuisées. Chose inhabituelle, l'urbanisation d'Uditer était évitable, car la capitale consistait en une colonne d'habitation sur la longueur de l'île.

 

C'est alors que les aventuriers se déplacèrent un bon moment à pied; tous le monde portait un paquetage avec matériel de tente, sac de couchage... Bob avait songé à invoquer Brasier pour qu'il transporte quand même 4 aventuriers sur son dos, tandis que Théo en ferait de même pour Lumière. Mais Shin disait que c'était pas une bonne idée : les traces de fer à cheval se voient, et si les chevaux n'existent pas dans ce monde, les traces seraient suffisamment inhabituelles pour être signalées, donc conduire aux aventuriers. Précaution adoptée : pas de chevaux.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 14:26

Les aventuriers, à eux 4 seuls, ne peuvent pas tout faire

La discussion avec Horanor continuait. Grunlek en déduisait, vu l'ampleur des problèmes des 9 dictatures, qu'à eux 4 (même accompagnés de leurs animaux de compagnie et familiers respectifs), ils ne seraient pas assez nombreux pour essayer d'y faire quelque chose.

 

Shin avait alors une idée; et si tous ce petit monde retournait à la Guilde des Aventuriers, et y déposerait leur propre annonce pour la 1ère fois ? Horanor ignorait ce qu'était la Guilde des Aventuriers, tandis que presque tous le groupe votait pour cette idée. Théo était contre, mais ne pû donner meilleure justification que "Je ne sais pas".

 

Connaissant la colère monstre dont Théo est capable, le groupe décida de ne pas poser davantage de questions.

 

C'est alors que le groupe, incluant Horanor, repartit pour Ucoraï, mais y entra en secret : la réputation du groupe relève de la méfiance globale. Apparaitre en hurlant en public passerait pour une menace pour les habitants. Au vu des exploits du groupe, mieux valait la précaution de ne pas trop se faire remarquer.

 

Grunlek, fin diplomate, rédigea une annonce puis l'épingla sur la pancarte d'affichage :

 

"Recherche personnel en nombre important

Paye de 20 pièces d'or par tête et par semaine, repas compris

Apportez tente et matériel de camping

Matériel hygiénique non fournis, apportez le vôtre

Débutants acceptés

Signature sur l'annonce si intéressé

 

Les Découvreurs de Mondes"

 

- Théo : "Je pense qu'on devrait passer une semaine, pour voir si on a des réponses. Je me demande où on fait l'entretien, parce qu'on peut pas en faire à l'extérieur, même si ça ferait + décontract."

 

- Shin : On doit aussi faire gaffe à ne pas faire de choix graveleux sur le lieu de l'entretien : faire ça dans un entrepôt désaffecté ou dans une chambre, ça passerait pas :D

 

- Bob : Oh ouais, faisons une petite partie en privé, les mecs !

 

- Grunlek : Ooh voyons, les gars ! Je n'imaginais pas ça de vous XD. Celà dit, on est obligé d'y réfléchir sérieusement. Au fait, où est Shin ?

 

- Bob : Vous connaissez notre ami; quand il se retire, c'est qu'il a besoin de réfléchir un moment. On a chacun réservé une chambre à l'auberge. Il nous y retrouvera. [Regardant Horanor] Chacun de nous a sa personnalité, et d'ailleurs, j'ai pensé à vous réserver une chambre individuelle.

 

- Horanor : Du moment que vous savez ce que vous faites, je ne doute pas."

 

Le lendemain, Shin retrouvait le groupe pour le petit-déjeuner :

 

- Shin : "Les gars ! J'ai une presque bonne nouvelle ! J'ai trouvé un local gratuit pour faire passer des entretiens pour pas un rond !

 

- Grunlek : Ahh, mais c'est super !

 

- Théo : Vous connaissez le dicton "Gratuité est synonyme de mauvaise surprise" ?

 

- Grunlek : Euh, je comprends pas où tu veux en venir.

 

- Théo : Il y a un tas de choses qui sont gratuites, comme la violence, le mot + hauts que l'autre et les toilettes publics.

 

- Bob : Rho, allons, il faut avoir confiance ! A propos Shin, qu'est-ce que tu nous as trouvé ?

 

- Shin : Des écuries.

 

[Le groupe entier, fixant Shin]

 

- Grunlek : Mais tu te fous de nous ?!

 

- Théo : Ca me rappelle le temps où j'ai déjà bossé en écuries quand j'étais écuyer. Même s'il n'y a pas que de bons souvenirs...

 

- Bob : Moi aussi, j'ai déjà dormis dedans une fois. Ca me va aussi.

 

- Shin : Le local appartient à une propriétaire qui planque des membres de la guilde des voleurs de temps en temps. Je lui ai parlé de mes exploits avec eux, et comme elle en a déjà entendu parler, ça a été + facile !

 

Grunlek : Bon... J'imagine qu'on a pas trop le choix, et que c'est toujours mieux que les lieux glauques. [Se tournant vers Horanor] Comme vous pouvez le constater, on fait comme on peut.

 

- Horanor : Si celà ne vous dérange pas, j'aimerais assister à vos entretiens, histoire de ne pas faire trainer les présentations au fur et à mesure que vous montez l'expédition. Ma boule n'est pas régénérée, et il reste donc encore du temps avant de retourner dans mon monde".

 

"L'adresse professionnelle" fut ajoutée à l'annonce. En tout, 4 filles avaient répondu à l'annonce :

 

Aymar : Plutôt grande femme, à la fois roublarde et un peu marchande. Elle met en avant son inventivité. L'aventure dans cet autre monde serait pour elle l'occasion de ramener des artefacts, des objets spéciaux. + tard, elle ouvrirait une caravane de marchand ambulant ou deviendrait troubadour si les histoires à conter de cet autre monde valent la peine d'être contée. Ou peut-être les 2.

 

Laurène : De taille moyenne, cette psioniste a des talents de guerrières assez limitées, et était très heureuse de retrouver Bob, qu'elle voit en ancien pote de l'école de magie où il a fait ses premiers pas. Cherchant à maitriser tous les aspects qui font une psioniste, sortir de son contexte cérébral lui ferait du bien.

 

Samaya : Se présentant comme aventurière polyvalente, Samaya sait faire un peu de tout sans toutefois être aussi douée que les autres candidates comme les 4 aventuriers. Ses capacités de soins coûtent + chères en magie que Théo, et elle ne peut pas lancer d'éclair. Ses armes à distances préférées sont les fléchettes et les couteaux de lancée, l'arbalète et l'arc n'étant pas un domaine où elle excelle. En magie, elle sait lancer un peu de tout en sortilège, sans toutefois dépasser même le niveau de Shin. Elle a été acceptée pour ses capacités de soutien au groupe.

 

Fendelle : Convaincue d'être un esprit puissant enfermé dans un corps, mais sans le prouver, Fendelle est une ermite dont les sortilèges qu'elle peut lancer dépends de ses rêves, lesquels dépendent des expériences de vie. Ainsi, sans expériences de vie, il n'y a pas de rêves, donc aucun sortilèges. Comme ses rêves sont en majorité des sentiments et un besoin d'être dans plusieurs endroits nouveaux et inconnus, ses sortilèges sont en grande parties des sortilèges d'état d'esprit (tristesse, joie, apaisement, transmission de pensées et d'images...) et des sorts de sens à distance (oeil du magicien, audition prolongée...).

 

N'ayant pas davantage de monde sous la main, et ne se sentant pas non plus de refuser d'aider Horanor, les 4 aventuriers acceptèrent les 4 recrues féminines. Le groupe était maintenant au nombre de 10 êtres vivants, à savoir les 8 aventuriers + Horanor + Eden. Sans parler de Icy, le mini familier de Shin, ainsi que Brasier et Lumière, respectivement destrier de Bob et de Théo. Ah... finalement, ça fait 13 êtres vivants et magiques inclus !

 

Par rapport à la semaine, 5 jours s'étaient écoulé, et la boule du déplacement de Horanor émettait un signal : la boule était rechargée. Trainer longtemps serait un acte de trahison qui engendrerait l'interrogatoire mentale ainsi que le décès par démolécularisation; Uditer (pays du monde d'où vient Horanor) rechigne à l'utilisation de la mort spectaculaire et douloureuse.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 15:12

Des gens extraordinaires

Le jour suivant, Horanor se levait. En s'étirant, elle avait touché quelqu'un. C'était le mec en masque. Elle était surprise et lui aussi. Pensant que son heure était venue, elle avait et tomba de l'arbre, mais fut amortie par un tas de feuilles suffisamment épais pour ne pas mourir. Le type en masque tomba aussi, tandis que sa chute fut "amortie" par une buche. Le mage au visage bizarre dit à l'homme masqué sur un ton faussement innocent : "T'as mal ?" Frustré, l'homme masqué ne répondit pas.

 

Horanor essaya de se lever puis fuir, mais fut encerclée par les 3 types d'hier soir. Avec un sourire sadique, le grand type en armure s'exprima avec une certaine courtoisie : "Et si on discutait ensemble ?? :)"

 

Le petit homme dit à Horanor : "Ah au fait : bonjour et bienvenu." Le grand type au visage étrange ajouta : "On sait être sociable sans être automatiquement potes avec n'importe qui."

 

Le petit homme continua : "Vous nous espionniez, et celà a de quoi nous rendre méfiant. Aller, assez de parole monopolisée, c'est à vous. Commencez par un minimum de présentation, la suite viendra."

 

Horanor hésita quelques secondes puis dit son nom avant d'enchainer : "Je viens de l'empire d'Uditer. J'ai été sélectionnée pour une expérimentation sur le voyage de mondes parallèles. Dans la mesure où mon monde, + précisément les 9 empires, sont une oppression permanente pour nous, je pensais pouvoir trouver des gens pour provoquer une étincelle pour les meilleurs choses, si ce n'est les rendre vivables. Vous rencontrer est un espoir pour moi."

 

"C'est qu'elle nous aime bien en + !", dit le grand monsieur au visage bizarre.

 

- Gars au visage bizarre : "Au fait, je suis Balthazar Octavius Barnabé Lennon, dit aussi Bobl, et + souvent encore Bob, surtout venant de gens fiables ;) Je m'occupe de tout ce qui est chauffage, que ce soit pour un briquet ou un incinérateur !

 

- Petit homme : Moi, c'est Grunlek Von Krayn. Je cuisine pour ces ingrats qui ne me versent jamais de pourboire. Je vous présente aussi Eden, ma louve, à qui je dis encore merci de vous avoir repéré. J'ai aussi ce poing de fer; il fait grappin, baston, et en temps de paix, il me sert de marteau.

 

- Grand type en armure : Je suis Théo, paladin le matin, inquisiteur à 16h [Fais un clin d'oeil et un sourire 32 bis 150% dents blanches]. Mes hommages, madame ! J'espère avoir provoqué le coup de foudre ;)

 

- Mec masqué : [Allongé sur le sol, loin de la buche] Aïe... Je me suis cassé le dos et la tête... Je m'appelle Shin... On veillait sur vous. J'étais chargé de vous surveiller de près et je me suis endormi. A part ça, je me débrouille avec les armes à projectiles (je me demande si j'y arriverais avec une fronde), je sais sauter loin, et quand le groupe a soif ou veut se doucher à l'oeil, c'est moi qui m'en occupe. Pour l'instant, j'ai trop mal :(

 

- Horanor : [Blotissant la tête de Shin entre ses seins] Ooh, le bichon, il a mal :'( Là, c'est finit, ça ira maintenant que je suis là.

 

- Grunlek : Y a pas à dire, t'as vraiment un ticket, Shin !

 

- Théo : [Prenant Bob à part] : Shin est désagréable, mais qu'est-ce qu'il m'énerve.

 

- Bob : Il est pas parfait, mais quand il ronfle, on doit bien faire avec.

 

- Théo : Chaque fois qu'il y a une meuf bien gaulée, c'est lui qui l'a, et il ne nous laisse jamais rien :'(

 

- Bob : Il nous insulte trop souvent pour qu'on le laisse tranquille... D'ailleurs, Théo, tu devrais te laisser empoisonner par la jalousie !

 

- Théo : Eh, merde, tu marques un point ! Mais en tant que paladin, je me devrais de montrer l'exemple...

 

- Bob : Aller, on fait d'abord ce que nous veut la dame, ensuite, tu feras ce que tu veux de Shin après :)

 

- Théo : Bon... D'accord..."

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 19:01

Horanor, plutôt que de rester planter là, continua de marcher pour découvrir le paysage, et peut-être chercher un groupement d'habitations, un village, une ville... En vain. Elle restait isolée.

Une vie de groupe pas toujours évidente ^_^

Elle tomba sur un large chemin au milieu d'un forêt qu'elle parcouru un bon moment. C'est alors qu'elle entendit marcher. Plusieurs pas. N'ayant pas confiance dans ce monde inconnu, elle se cacha. Il y avait en tout 4 individus et un loup qui les accompagnaient, différents les uns les autres, qui semblaient s'entendre entre eux.

 

Le groupe décidait se trouver un coin de forêt où camper. Une des 4 personnes, un homme, le + petit du groupe au visage jovial, dit au groupe : "Faites un feu pendant que je vais chercher des champignons". Le petit homme s'éloigna avec son loup. Un très grand type en armure répondit en rigolant : "Ramènes-nous de quoi avoir une bonne chiasse après le repas !"

 

"Et voilà, je le savais ! Qui c'est qui va encore se coller le feu de camp à allumer !? Franchement, les gars, vous pourriez apprendre à faire un feu, quand même è_é", dit un gars à la voix dynamique sur un ton moqueur au visage inhabituel.

 

Un dernier type, portant un masque, dit à son tour en s'éloignant du camp : "Ca me rappelle, je suis capable de créer de l'eau sans magie. D'ailleurs, je vais aller pisser."

 

Le grand type en armure dit sur un ton moqueur : "Tu peux pas garder en réserves pour éteindre le feu ?". Le type en masque répondit en riant : "Pfff, t'es con ! XD"

 

Le groupe décida de dormir. Horanor décidait qu'elle n'avait pas trop peur, mais préférait dormir en haut des branches.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 19:36

Quand le monde est désespéré, la réponse est peut-être à situer autrepart

Après 2 ans et quelque mois d'intenses recherches, les moyens d'observations ont donné du résultat; il existe + d'1 monde parallèle, mais fuir durablement les dictatures ne serait pas la 1ère solution. Les renseignements ont également permit de déterminer qu'il existait des recherches à Uditer pour que ces voyages inter-dimensionnels et/ou extra-planétaires soient possible, et que dans les prochains mois, Uditer demanderait à son peuple s'il y a des volontaires pour cette expérience de voyage afin d'aller et revenir, pour ensuite faire un rapport.

 

Horanor, une des espionnes les + instruites d'"Oppression", région située dans l'empire de Rhebarane, se ferait passer pour un habitant de Uditer, puis tenterait sa chance pour les voyages spéciaux, et peut-être croiser le monde où se trouve les 4 aventuriers à contacter. L'outil est un module, sorte de boule noir brillante, avec 2 boutons et 2 réglages.

 

Les choses se sont déroulées comme prévus. Horanor est arrivée dans un autre monde à connaitre. Un des réglages montre à quel moment le module est enfin rechargé, et s'il est temps de rentrer. Trop de retard créerait la suspicion à l'empire d'Uditer. Et si Horanor revenait dans son monde d'origine, à Uditer, elle pourrait ramener discrètement des mercenaires, leur dire où aller, ce qu'il y a à faire, à qui parler. De son côté, Horanor pourrait toujours entrer à Uditer en disant que le module ne l'a pas ramené à l'endroit prévu, mais qu'au moins, elle n'a été vue par personne. Il faudrait restituer le module afin que Eltar, empereur de Uditer, ne se mette pas en rogne et assassine Horanor.

 

C'est ainsi qu'Horanor, entreprit de voyager dans ce nouveau monde (sans savoir si c'est de la téléportation, un changement de planète ou de dimension), aussi longtemps que le module de transport n'est pas encore rechargé, espérant trouver des mercenaires à temps avant de revenir, voire en avance, afin de pouvoir parler longtemps avec eux...

 

Dans ce monde inconnu, Horanor n'avait aucune idée où elle se trouvait : géographie inconnue, dialecte inhabituel, points cardinaux erronés, possibilité incertaine de pouvoir se nourrir...

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche