Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 12:00

Sans réflexion, pas de plan, pas d'action.

Le groupe se remit en route pour le nord-est pour aller distribuer ce que Uditer et Ezage ont besoin. Cependant, la voix angoissée d'Eltar se faisait entendre : l'espionnage a permit de déterminer que Talebal, l'empereur de Batul, disait "passer à l'action très bientôt". Le groupe fut prit de court de cet imprévu, envisageait les options suivantes. Faut-il :

 

- ...Aller donner en vitesse ce que Uditer a besoin, et quitter ce monde aussi vite que possible avant que ça chauffe, tant pis pour Ezage ?

- ...Apporter le matériel en priorité à Ezage pour son projet d'hiver éternel d'abord puis voir ce qui se passe ?

- ...Retarder ces tâches, partir à Batul, en espérant trouver une solution ?

- ...Diviser le groupe ? Fendelle, Bob, Samaya, et Shin partent à Batul pour essayer de trouver un sortilège combiné, tant pis si tout Batul n'est pas sauvé, pendant que Laurène, Aymar et Grunlek partent à Ezage déposer le matériel pour l'hiver éternel. Il resterait Théo et Mani qui partiraient pour Uditer déposer le matériel.

 

Les options s'accumulaient. Grunlek avait une idée. Il repartirait seul dans le monde d'origine. Le reste du groupe d'aventuriers servirait de garantie afin que ni Eltar, ni Jahel se sentent trahis par la demande de Grunlek de repartir seul plutôt que prévu. Revenu dans le monde d'origine, Grunlek irait voir des anciens amis qu'il a connu dans 5 villes de la Confédération de protection (Numarc, Ucoraï, Xatibor et bien d'autres...). Là bas, il irait demander si l'équipe d'intervention contre les ADM (Armes de Destruction Massive) viendrait dans le monde des 9 empires au cas où une menace similaire se reproduirait....

 

Grunlek fut interrompu par Aymar, sceptique. Shin estimait que c'est une bonne idée. Laurène dit à Grunlek que son idée, rien que dans les 1ères étapes, a l'air bonne, bien expliquée, et qu'elle serait + utile en étant appliquée plutôt qu'expliquée en détail. Théo, enthousiaste, disait à Grunlek qu'il avait la confiance du groupe pour essayer de réussir, et qu'il n'avait pas besoin d'en dire +. Le groupe était instinctivement d'accord avec Grunlek.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 12:00

Grunlek avait une idée : ce serait lui qui irait parler à l'inconnu. Il prétexterait une panne de son bras mécanique. De cette façon, tandis que le trafiquant serait au courant que Grunlek sait, demander secours au marchand clandestin éviterait qu'il ne soit trop méfiant. Et pourquoi pas, qu'il fasse un geste en faisant connaitre des fournisseurs et des spécialistes

 

Laurène et Bob (oh, quel beau couple ^_^) fusionnaient encore leurs compétences psioniques : Bob écoutait ce que Grunlek disait et recevait à distance. A l'aide de la connexion mentale, Laurène pouvait voir ce que Grunlek voyait, voir donc le trafiquant, donc faire une connexion mentale d'espionnage dans l'esprit de l'inconnu.

 

L'individu finissait par parler, mentionnant l'existence d'un immense marché noir parfois un peu trop varié. Non pas qu'il manque beaucoup de choses ou de service, mais que ce qui s'y trouvent n'est pas forcément de bonne qualité, et qu'il est important de réfléchir avant de décider d'acheter ou d'échanger. On peut soit trouver un bon mécanicien, soit un bon à rien, ou encore du très bon matos, mais aussi du mauvais matos bien maquillé. La ville en question est en fait un agrégat de bâtiments et de tentes clandestinement mal installés dans les montagnes, et qui est nommé : la Montagne des Échanges.

On a pas envie d'obéir aux règles, aujourd'hui.

Loin du palais, loin du pouvoir central, au sud-ouest de Vyrbal, la Montagne des Échanges s'y connaissait en discrétion. Un poste de péage mal entretenu interpelait les aventuriers. Une garde sortait, accompagnée de 2 autres gardes. Elle avait les yeux + grand ouvert en voyant Théo, peut-être pour être admirative, ou parce que Théo était prit pour le chef. En tête de groupe, Samaya discutait avec la chef des gardes :

 

- Samaya : "Nous souhaitons passer. Devons-nous déposer une justification ?

 

- Chef des gardes : Oui, et puisque c'est le première fois que vous passez par ici, vous devez signer vos noms. Quel est le motif de votre visite ?

 

- Samaya : Nous sommes ici pour...

 

- Théo : [Interrompant Samaya] C'est à moi de me justifier. Je suis Jean-Claude, un émissaire envoyé par Pérachède à propos d'une personne disparue. Il y aurait peut-être des indices à trouver dans le coin, ou un informateur. [Se tournant vers le groupe, contenant sa surprise de voir que presque tous ont disparus]. Voici mes collaborateurs qui m'aident à inspecter les lieux, à avoir des idées. Voici Julius, mon négociateur :

 

- Bob : Enchanté.

 

- Théo : Henriette, ma secrétaire.

 

- Samaya : Contente de faire connaissance.

 

- Théo : Et voici Rusticule, mon garde du corps.

 

- Grunlek : [Hochant la tête]

 

- Chef des gardes : Bien. Le motif de votre visite est légitime. Un petit paiement du péage par tête, une signature chacun, et vous pouvez passer".

 

Ce qui restait du groupe signa de son faux nom dans le registre, puis franchit le péage. Les 4 aventuriers étaient en charrette, sur une lente cadence. Bob tenait les rennes et comme chaque aventurier, il regardait un peu partout; où sont passés Aymar, Laurène, Mani, et les autres ?

 

Après un bon bout de chemin, au loin, les aventuriers entendirent des discussions. Les aventuriers tombèrent d'accord pour que ce soit Aymar qui aille voir. Théo et Bob, même sans armure, estimaient que leur furtivité serait beaucoup trop juste. Grunlek redoutait que sa taille ne le désavantage s'il devait prendre la fuite en cas de pépin. C'était donc Samaya qui devaient y aller seule, avec le + de précaution, sans trop d'éloigner, puis revenir faire un rapport.

 

Samaya alla voir avec le + de discrétion possible. Elle se cacha, puis alla voir de + près, s'éloignant des aventuriers. Les 3 aventuriers qui restaient se regardaient, mais ne pouvait hurler pour dire à Samaya de revenir ou de faire attention; les gens du feux de camp seraient alertés. Hésitant sur la suite des opérations, et se demandant s'ils seraient dépassés, les 3 aventuriers pensaient prendre l'avantage en se servant du chariot et des chevaux pour mettre une pagaille, afin de compenser leur faible nombre.

 

Ils entendaient rire, et des bruits de pas qui se rapprochent. Ils entendaient aussi une Samaya bien détendue au moment de discuter avec les bandits de grand chemin. Samaya marchait, avec Mani qui s'appuyait sur son épaule comme d'un accoudoir, et très vite, le groupe fut réunit.

 

D'un sourire surpris et perplexe, Théo demandait pourquoi une partie du groupe avait disparu dans la nature sans prévenir.

 

Mani avait prit l'initiative de demander aux + furtifs du groupe de l'accompagner en passant par la forêt, hors de portée de vue de tous les gardes de péage. Un petit groupe peu nombreux (Bob, Grunlek, Samaya, Théo) serait moins suspect qu'un grand groupe qui attirerait peut-être trop l'attention de gardes qui se méfieraient. Pour le lieu du rendez-vous, le reste du groupe mené par Mani cherchait comment trouver un lieu de rendez-vous probable, et c'est Shin qui avait reconnu auprès de quel route attendre la carriole.

 

Cette opération de discrétion réussie, tous le groupe reprit la route pour la Montagne des Échanges, lieu marchand clandestin. Pour rappel, le groupe est là pour trouver de quoi réaliser des schémas de construction de générateur :

 

- De lumière

- D'hiver éternel

 

Les aventuriers trouvaient des métaux, des fils, des piles, des filaments, des miroirs... Le temps de trouver ce qu'il faut, celà leur a prit 3 semaines en services et en monnaie pour tout trouver.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 12:00

Il restait enfin pour les aventuriers de trouver du matériel pour 2 schémas de construction de générateur : Un de lumière (pour vérifier la portée d'une téléportation comme de l'éventuel voyage dimensionnel à grande échelle) pour Uditer, l'autre de froid pour le projet Hiver Eternel pour Ezage.

 

Pour y parvenir, les aventuriers devaient jouer les fouines et chercher des indics pour trouver des renseignements, pourquoi pas taper pour interroger ou interroger pour taper. Ou taper pour interroger avant de taper encore. Toutes ces joyeuses activités devaient se passer sur Vyrbal.

 

Les aventuriers, certains stressés d'une longue attente de rentrer (n'est-ce pas, Théo et Grunlek ?), sentaient l'impatience monter tandis qu'ils approchaient du but. But d'autant + difficile que Qiribar, l'empereur de l'île, interdisait toutes formes de travaux intellectuels, créatif et récréatif. Si ces activités ont quand même lieu, c'est qu'il doit y avoir une très bonne discrétion et de très bons yeux pour dire s'il va y avoir une inspection ou pas. Quelque part, Qiribar lui-même semblait éviter d'être trop sévère pour ne pas se retrouver avec une guerre civile sur les bras, n'administrant la punition uniquement si le non-respect des règles est trop évident pour être ignoré sans devenir ridicule.

 

Les aventuriers arrivèrent à Carnville, ville du carnaval annuel. S'y rendre était une garantie pour le pouvoir de distraire le peuple qu'à un seul endroit, donc un seul endroit à contrôler pour les forces de l'ordre. Là où c'est peuplé, disait Aymar, c'est là où il y a légèrement + de "tolérance". Il arrivait même que les gardes reçoivent des "bonus" pour leur "excellent" travail.

 

Mani gagnait beaucoup aux jeux, que ce soit à la roulette, au maillet, ou aux fléchettes. Aymar et Shin avaient une petite idée sur la "chance" de Mani, mais faisaient semblant de ne pas savoir, préférant ne rien dire à qui que ce soit. De tous le groupe d'aventuriers, Mani a été fouillé pour vérifier s'il portait une bombe (en réalité une excuse pour tenter de trouver s'il avait du matériel de triche sur lui). Les gardes s'excusèrent après n'avoir rien trouvé. Grunlek pensait que les gardes faisaient de la discrimination, mais Mani arrondissait les angles en disant qu'il est normal que les gardes fassent une fouille surprise et de coopérer, avec comme limite que les gardes ne soient pas abusifs de leurs prérogatives.

Agir en discrétion peut parfois aider à obtenir + que de serrer les points ou être colère.

Entre 2 roulottes, Samaya aperçu un petit traffic bizarre entre 2 types. Les aventuriers se cachèrent (pas tous au même endroit) et firent une réunion improvisée. Bob faisait semblant de parler à Théo, Laurène et Samaya, puis ouvrait une connexion mentale avec le groupe et les 2 individus (pour les espionner ces derniers sans les interrompre). Laurène fit pareil, mais fouilla dans un maximum de pensées des 2 gars.

 

Shin, se souvenant de quand il était membre honoraire de la Guilde des Voleurs, se cacha sous une roulotte avec Mani. Ce dernier fit un double pour tenir compagnie à Aymar, cachée sous une autre roulotte.

 

Fendelle surveillait les lieux à la fois pour être sûre que personne ne voit les aventuriers en cachette, mais aussi de loin, afin de pouvoir apercevoir les 2 trafiquants, et savoir où ils sont partis. Les aventuriers étaient répartis en 3 groupes. Mani étant le + expérimenté par rapport à Aymar et Shin, c'est à lui que revenait la décision de stopper les trafiquants durant ou après leur conversation, ou même de ne rien faire, en espérant que la conversation des 2 trafiquants soient suffisants pour réussir à glaner quelque chose.

 

Les 2 gars se livraient à un trafic de matériel clandestin. Prudent, ils parlaient sans échanger d'argent ni en étant assez stupide pour amener une mallette argentée. Verbalement, ils disaient des futilités, mais mentalement, Laurène pouvait traduire le sens réelle des propos tenus. La joie de pouvoir traduire le double-langage !

 

Si les 2 types sont des pros du langage codé, ils sont également prudents, évitant de partir dans la même direction. Shin communiqua de ne pas chercher à faire peur ni à faire changer les plans des 2 gars, et d'aller plutôt à la planque où se fera l'échange, loin des regards.

 

Un seul des 2 gars, un de plutôt petite taille était suivi et de loin au télescope; c'est lui qui connait, même indirectement, des fournisseurs de matériel clandestin. Le 2ème ne faisait que rentrer chez lui et récupérerait plus tard le fric à déposer.

 

Le 1er type, le presque-nain, était prudent; il avait une chambre beaucoup trop chère, car c'est subtilement dissuasif pour les curieux. Grâce au télescope, le groupe pu le suivre de loin sans être repéré. Le presque-nain était allé à un atelier entre 2 maisons. En passant devant l'atelier, il avait juste déposé un message à la boite au lettre de la porte. Samaya ayant brièvement aperçu le message au télescope, l'échange allait se faire de jour. Le jour de la livraison et du paiement arriva.

 

Les lieux étant habités, il n'y avait pas de camion garé dans un endroit mal famé, ni de grosses caisses. Un faux regroupement familial servait à transporter les outils en pièces détachés pour ensuite être assemblé ailleurs, pièces détachées transportées dans les vêtements, pantalons, et chaussettes. Le payeur se faisait peut-être passer pour un éducateur, une aide ménagère ou un généreux mécène. Personne n'était habillé suivant un style précis; la discrétion était bien trouvée pour tromper sur l'existence d'un trafic de matériel clandestin.

 

En sortant du bâtiment, les vêtements de la fausse famille étaient - épais. Il ne faisait aucun doute pour Aymar que la fausse famille qui faisait le transport de pièces détachées avait été payée après livraison. Afin que l'entrée des aventuriers ne soient pas une coïncidence suspecte, Théo, fin connaisseur de la criminalité, déconseilla au groupe d'entrer peu de temps après le trafic s'il faut faire de l'habitant un indic, peut-être un pote.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 12:00

Laurène, tout en démontrant à Bob l'interface mentale, fouilla dans l'esprit ce que le monstre invisible ne voulait pas révéler. Par connexion mentale, Laurène demanda à Bob de pratiquer le toucher de la malédiction conditionnée (geas) du feu intérieure avec les circonstances suivantes : Pour l'instant, le monstre ne sentira aucune douleur. S'il coopère, la malédiction du feu ne se réalisera pas. S'il refuse, il révélera néanmoins comment il devient invisible, mais connaitra des brûlures intérieures douloureuses qui ne le tueront peut-être pas. S'il est pas loin de réussir à achever un seul des aventuriers, il mourra. La 2ème créature invisible semblait voir tout ce qui se passe.

 

Laurène finit par trouver de quoi perturber la concentration de la créature qui avait perdu son invisibilité, tandis que la 2ème en faisant volontairement de même. Chaque créature est :

 

- Orange

- Yeux or à multi-facettes

- 3 orifices de chaque côtés de la tête

- 4 jambes

 

Au-dessus de la tête, quelque chose ressemblait à plusieurs raisins gluants... Ou à des billes bleus. Ils étaient à peine visible, car ils étaient presque cachés par des diaphragmes qui semblaient avoir plusieurs battements rapides. Le ventre semblait pouvoir s'ouvrir comme une poche humide. Bob pensait que c'était peut-être de cette façon que les créatures mangent, sans passer par un oesophage.

Doucement, une intense tranquilité habitait l'esprit des anciens adversaires.

Fendelle plaça ses mains sous la tête de la créature, les paumes tournés vers le ciel, comme pour viser la tête. A la surface de ses paumes, une lumière multi-colore était visible. Des mains s'élevait une fumée à peine visible. L'abdomen situé sur la tête de chacun des 2 semi-humanoïdes voyait ses battements ralentir. Les diaphragmes qui composent l'abdomen de la tête commençaient à s'ouvrir, et les billes bleus étranges commençaient à sortir, s'arrêter et devenir rose pâle.

 

Les semi-humanoïdes avaient évacué leur hostilité. Fendelle avait la sensibilité mentale et instinctive de par ses capacités des rêves qu'elle a insufflé à la psyché des créatures. Les créatures rêvaient qu'elles se sentaient bien, et ça les a mis dans un état d'intense apaisement. Fendelle demanda à Grunlek de relâcher les créatures tandis qu'il le pressentait qu'il pouvait le faire sans danger.

 

Fendelle posa chaque main sur chaque tempe de Laurène; la 1ère avait besoin d'emprunter les facultés de la 2ème afin de pouvoir communiquer avec la créature. Fendelle transmettait des rêves à la créature; à son tour, cette dernière en faisait que Laurène pourrait voir. Fendelle, ayant des capacités d'interprétation bien + poussées, s'occuperait de la "traduction"

 

La 2ème créature restait calme, probablement parce que la 1ère, sous hypnose des rêves, n'avait aucune souffrance. Après plusieurs échanges oniriques en images, Fendelle révélait au groupe que la 1ère créature ferait son maximum pour convaincre sa race de ne plus attaquer les aventuriers.

 

La créature s'appelait Ugoa et son collègue Dovaz. Fendelle envoya des rêves de chaque membre du groupe dans l'esprit des 2 créatures, ainsi que des souhaits de peut-être travailler ensemble, ou au moins ne plus gêner le voyage des aventuriers à la recherche d'un moyen de repartir et peut-être guérir ou alléger les difficultés de ce monde.

 

Les battements d'abdomen des 2 créatures s'accélérait d'enthousiasme, comme si les créatures n'étaient pas habitués à la joie. A présent, il était évident que les semi-humanoïdes ne chercheraient pas à gêner davantage. Théo espérait pour le mieux, et s'auto-félicitait de ne pas avoir étrangler les créatures. Ces semi-humanoïdes n'ont aucune difficulté à respirer à l'air libre comme sous l'eau, sans avoir besoin d'outil de respiration pour l'un ou pour l'autre.

 

Les aventuriers retrouvèrent la côte ouest de Pérachède. Sur la mer comme sur la plage, plusieurs semi-humanoïdes attendaient les aventuriers. Tous étaient en arme, mais assis. Les semi-humanoïdes conservaient une mesure de prudence tout en montrant que personne n'était pas trop sur ses gardes.

 

Fendelle demanda une nouvelle copie provisoire des capacités mentales de Bob et Laurène pour parlementer, et demanda à Samaya et Grunlek de la suivre, chacun d'un côté de Fendelle en ne sortant pas les armes contrairement aux semi-humanoïdes.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 12:00

Mais qu'est-ce qu'on a capturé là ?

Le groupe revint à ses moutons au sujet d'un problème de taille et 2 nouvelles. La mauvaise : Les poursuivants étaient invisibles. La bonne : Pérachède est surtout du sable. Mieux vaut donc éviter de marcher sur ce qui ne laisse pas de traces visibles, ou empêcher ces créature invisibles de marcher dessus.

 

Tant qu'il faisait encore jour, il était encore temps de trouver un plan, car durant la nuit, un feu de camp signalerait la présence des aventuriers. Mani avait une idée : Il enverrait son double au casse-pipe, et partant de la provenance des blessures, Bob déchainerait des murs de feu qui partiraient des blessures du double de Mani pour retrouver le/les tireur/s.

 

Grunlek allongerait son poing mécanique avec sa chaine, puis balayerait le coin en faisant un demi-cercle afin de toucher des cibles (c'est pas grave si le double de Mani est touché et qu'il meurt; il pourra être reconjuré tout neuf, + tard). Ayant touché du monde, Grunlek s'empressa d'enrouler un maximum de victimes avec la chaine de son poing puis de les ramener au groupe. Comme les attaquants sont toujours invisibles, sans aucune certitude que tous ont été au moins assommé, Samaya souleva du sable avec la conjuration, en fit un tourbillon de sable, puis le répandit en demi-cercle pour tenter à nouveau d'ensabler le corps et les yeux des attaquants pour mieux les repérer.

 

Théo vint toucher les gardes qu'il ne pouvait pas exactement voir; le sable sur l'invisible ne montrant pas tout. Il sentait assez vite comme une sorte de forme ovale. Puis il descendait ses mains, sentant comme une colonne épaisse qui semblait bouger et changer de taille. Théo souria, puis serra l'étrange colonne d'une main. Il avait trouvé le cou ! Il fit la même chose avec une autre cible.

 

Depuis un moment que le combat avait commencé, il n'y avait plus aucun tir de projectile fin. Théo riait de joie; les prises de guerre de Grunlek sont un moyen de pression envers les étranges individus cachés.

 

Laurène instruisit Bob d'une capacité mentale provisoire; l'interface de communication. Ce procédé permet de surmonter la barrière du langage. Indirectement, cette capacité permet même développer la capacité à lire le ça, le moi et le surmoi des 2 créatures capturés.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 12:00

Une terre dévastée.

Les aventuriers pensaient éviter également Pérachède : l'île n'avait *rien* à offrir. La terre était stérile, éventrée de sa fertilité comme de son minerai. De son propre écosystème, une seule minuscule forêt presque morte restait. Là où Rhebarane maintient un minimum de vie, suite à une certaine pacification de ses rapports avec les 8 autres empires, ainsi qu'à une nécéssité + faible de subventions internationales pour ne pas trop en dépendre, c'était maintenant à Pérachède d'avoir besoin de beaucoup d'aide financière, afin de ménager son appétit du vol et de l'escroquerie.

 

(A propos de Rhebarane, le pays se réformait et était mieux géré que lorsque c'était Ayofo. Bien qu'ayant noté un changement de dirigeant, les bienfaits nés de ce changement dissuadait les 8 empires d'essayer de le faire tomber. S'ils s'aventuraient à le faire, cette bonne gestion (et l'atmosphère de calme relatif qu'elle entraine) disparaitrait assez surement, et le climat d'anarchie ferait naitre la mauvaise surprise de criminels impitoyables peu regardants de l'équilibre international.)

 

Les aventuriers préfèrent alors faire le tour de Pérachède par la mer en eau peu profonde, afin que les chevaux puissent tirer le bateau. Au loin, sur les terres de l'île, steppes et déserts alternaient dans le paysage. Laurène et Bob combinèrent leur pouvoir pour sonder mentalement une partie de l'île au fur et à mesure de leur passage, et apprirent 2 choses :

 

- Murlar envisageait de prêter une partie de l'île contre rémunération afin de servir de test pour l'arme secrète de Batul. L'idée était bonne, mais par crainte d'être repéré par Uximas, et la peur des effets inconnus de l'arme, Murlar avait annulé l'idée.

 

- Le groupe était suivi depuis un moment. Les aventuriers s'inquiétaient de savoir depuis quand ils étaient suivi, par qui, et surtout pourquoi ? Y avait-il une représaille ? Ont-il été repéré par les + dangereux ?

 

Laurène, qui contrôlait les chevaux, tourna le bateau vers la plage avec l'aide des chevaux, et ces derniers avançaient le + vite possible pour arriver à la place. Laurène appuya sur un petit bouton pour que les roues du bateau/charrette reviennent (on ne va pas faire le montage et démontage à longueur de temps). Les chevaux gagnaient en vitesse à mesure qu'ils sortaient de l'eau avec la charrette, et très vite, les aventuriers gagnèrent du terrain.

 

Sur la plage, Shin aperçu 2 empreintes ovales se former soudainement. Samaya et Bob conclurent à des chaloupes invisibles. Fendelle cravacha les chevaux. Shin sursauta en ressentant brutalement une blessure au bras où un trou s'était formé. Un projectile invisible. Avant ce tir, Shin avait eu le temps de voir des traces de pas dans le sable. Après 1 instant d'hésitation, le groupe commença à fuir.

 

Durant la fuite, Samaya créa un puissant mur de vent tandis que Grunlek déroula au maximum la chaine de son poing, le fit tournoyer à grande vitesse. Brasser de l'air n'a jamais été aussi utile, que ce soit pour cacher ses traces comme pour balancer du sable dans les yeux de l'adversaire.

Petit parfum de légèreté

Après avoir prit une distance estimée suffisante, le groupe pouvait enfin commencer à se détendre

 

Théo avait eu une idée bizarre. Il se disait que dans l'idéal, il aurait des fruits explosifs, comme des pommes ou des ananas qu'il balancerait derrière et qui exploseraient. Grunlek, rationnel, titilla Théo en disant que des fruits explosifs, ça n'existe pas. Mais le paladin-inquisiteur ne voulait pas du tout croire Grunlek, et pensait que ce serait quand même possible. Grunlek trouvait Théo têtu. Partiellement d'accord, Bob disait que Théo têtu est une théorie. Aymar en rajouta une couche; elle demandait à Bob "T'es-tu vu avec ton théorème sur Théo ?". "Vous théorisez bien, tous les 3", disait Mani, exceptionnellement surnommé Mani Le Moqueur. De tous ces jeux de mots, Théo le têtu avait mal à la tête, et il voulait hurler. Alors, il ouvrit la bouche.

 

Mais Fendelle avait la main sur la bouche de Théo. Elle le prenait par le col, l'obligeait à se mettre, s'agenouilla pour parler à Théo, puis lui dit : "Tu veux un bisou ? Je te sens énervé." Théo refusa, mais remercia Fendelle quand même. Cette dernière lui répondit, "dommage, Théo le héros". Théo souriait de cette remarque sympathique.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 12:00

Les choses sont tendues pour le monde des 9 empires.

Les aventuriers arrivèrent à Batul. Les opérations spéciales devaient entrer en action ! C'est Shin qui décide ! S'aidant de la magie des membres du groupe, il mis à exécution son oeuvre de conjurer 100 Icy, et de les répartir un peu partout à Batul. Samaya l'épaulerait en évitant à Shin de créer tous les 100 Icy de plusieurs ml d'eau. Afin de ne pas être saturé de regarder à travers 200 yeux, il repartirait les 100 Icy entre les 9 aventuriers en tout. En gros, chaque aventurier a son régiment d'Icy à superviser.

 

Shin communiqua une astuce au groupe; Icy ne se confond avec l'eau que quand il est désinvoqué. Le reste du temps, Icy peut se servir d'un cours d'eau pour aller + vite, en fonction du sens du courant. La précaution a été payante, et très vite, le groupe a obtenu tous les renseignements qu'il voulait, et qui ont été vite retransmis à Jahel. Il y avait bien une arme de destruction massive, similaire à ce que Grunlek avait déjà vu. Sauf que dans le monde des 9 empires, chacun étant une tête de mule, il est improbable que la majorité coopère pour créer une solution préventive, guerrière ou pacifique. Les aventuriers prévinrent le maximum d'individus autant que possible, mais en vain. Malgré quelques rares exceptions, c'était l'incrédulité qui dominait les esprits. Tous le monde cherchait une idée pour tenter d'intervenir, mais n'en trouva aucune. Plutôt que de se borner de frustration, le groupe passa finalement son chemin pour la prochaine île.

 

En relisant les rapports et les résumés de chaque pays, Samaya fit remarquer qu'il était probable que Batul entre en conflit avec Etomil. A moins que Uximas n'ait des espions qui auraient volés des secrets des armes puissantes de Talebal, donc égaliser avec lui. Le pire, c'est que les 2 pays, au tempéraments explosifs, sont côte à côte. Aïe...

 

Pour Etomil, Bob (grâce à la super-liaison mentale avec Eltar) décidait de faire jouer la relation vente de drogue entre ce pays et Rhebarane. Il suggérait à la Premier Ministre de continuer la relation avec la dope, sauf qu'au lieu de la faire livrer, Rhebarane demanderait un paiement en cristal bleu aux fournisseurs que Rhebarane ferait passer à Uditer, un des éléments pour aider au voyage dimensionnel.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 12:00

La discrétion n'est pas toujours absolue.

Après s'être généreusement servit en fausse monnaie pour la charrette, le groupe repartit vers une des montagnes de Onominaeh. L'une d'elle s'appelait "Avenir" (certains membres du groupe se gaussaient de ce choix de mot naïf tant Onominaeh ne pense qu'au fric en guise d'avenir). Là bas, le groupe achetait un max de minerai jaune pour l'accumulation d'énergie.

 

Les aventuriers retournèrent à Sanssou. Il y a affrétèrent un bateau dont la mission serait de transporter le chargement jusqu'à Ezage, et à son tour, Ezage ferait transporter (avec son armée) le minerai jaune pour Eltar. Oui, ils auraient pu faire transporter le minerai jaune vers Uditer directement, mais le groupe n'avait pas confiance dans cette société escroc qu'est Onominaeh. Les aventuriers craignaient également qu'une cargaison trop longtemps en mer finirait par tenter les marins.

 

Le groupe se remit en route pour le sud d'Onominaeh en évitant au maximum ce qui est urbanisation : ils ont quand même participé à la diffusion de la fausse monnaie, et il peut arriver que la police prête attention aux paroles d'un criminel qui en dénonce d'autres.

 

Les aventuriers entendaient un contact, et c'était Jahel qui leur parlait. L'empereur voulait que les aventuriers aillent à Batul trouver des renseignements sur une arme épouvantable que Talebal serait en train de concevoir. Les renseignements permettrait de quoi fabriquer des moyens de prévenir et/ou guérir des effets de cette arme dont ils ignorent encore le fonctionnement, et qui seraient les personnes visées. Les aventuriers reprirent la route.

 

En continuant vers la côte sud d'Onominaeh, Aymar aperçu un oiseau dans le ciel. Aïe... Aymar, roublard, et souvent voleuse parano, voyait en cet inoffensif oiseau une menace; peut-être transportait-il un message à propos d'aventurier ? Elle supplia Shin de tirer une flèche pour abattre le piaf. Mais Shin manqua cette cible trop mouvante. Théo fit claquer le fouet pour hâter davantage les chevaux.

 

Pas loin des plages où arrivaient les aventuriers, ils avaient la confirmation qu'il y avait du monde qui les attendaient; Samaya était partie en éclaireuse, pour aller vérifier.

 

Théo suggérait de foncer comme des bourrins. Sans perdre de temps à discuter de cette option, Aymar pensait qu'il fallait trouver un endroit où il y aurait le moins de garde. Mani s'empressa d'ajouter qu'agir de nuit serait le mieux, et qu'au lieu de trop se risquer à être vu, ce serait les torches des gardes qui aideraient un minimum à se repérer.

 

Le double de Mani chevaucherait Brazier, suivi de Lumière, le cheval de Théo. Ensemble ils iraient mettre un foutoir monstre pour distraire une partie des gardes, et les mener vers la forêt en les distançant. C'est ce qui se passa. Le clône de Mani montrait mine de rien une part extravertie cachée de Mani. Le clône montra ses fesses aux gardes; certains étaient excités, d'autres franchement énervés de cet exhibitonnisme indécent. "Je vous chie dessus !", hurlait le clône. Brazier et Lumière pondèrent une merde de feu, ce qui ne manqua pas de faire chier tous les gardes. Une partie importante d'entre eux coursèrent Mani et les 2 chevaux.

 

Discrètement, le groupe amenait la charrette à la plage pour en refaire un bateau. Les aventuriers préféraient ramer pour la discrétion : Grunlek avec sa main d'acier/pierre, Théo avec le pommeau de son épée, Bob avec son bateau magique, Shin avec son arc. Ca avançait très peu. Les filles aidaient en se servant de leurs armes ou de leurs mains, fournissant à peine davantage d'accélération. Le bateau avançait encore trop péniblement.

 

Seul restait Mani, allongé à l'arrière du bateau, qui pensait que tout allait pour le mieux. Il ne réussit pas à se reposer à cause de la tension ambiante du manque de vitesse du bateau. Ses machettes étaient alors tenu par ses nattes. Celles-ci allèrent dans l'eau. Ensuite, sous l'eau, les nattes tournaient avec les machettes en guise d'hélice. Le bateau avançait ainsi beaucoup + vite grâce à Mani, cependant fixé d'un regard coléreux par le groupe qui avait marné pour rien : il aurait pas pu faire ses trucs avant ??

 

Assez loin des côtes, loin du regard des gardes, le groupe était enfin tranquille. Le baton de Bob était fixé au bateau, et pour faire une voile, la robe de Bob serait idéal. Le manque de vêtements de Bob a ensuite été compensé par la technique des pingouins; se serrer les uns les autres pour se maintenir au chaud. Durant la nuit, Samaya, Fendelle et Grunlek se sont relevés pour naviguer l'embarcation.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 21:21

Passer à l'attaque est inévitable.

Le groupe prévoyait un plan d'attaque. Il y avait 9 aventuriers. En ajoutant les animaux et les invocations, il y a 14 compagnons en tout. Il n'y a pas que Degolas qui a faire venir du monde avec lui.

 

Shin trouvait que Icy ne ferait pas l'affaire, et qu'il ne souhaitait pas gâcher sa magie en tentative de rendre Icy puissant, car même si ça marchait, Shin se retrouverait avec beaucoup moins de magie à disposition s'il en avait besoin.

 

Hmm... On dirait que ça fait 13 compagnons en tout. Discrètement, les aventuriers réussirent à s'approcher, prêt à piller l'imprimerie du maximum de fausse monnaie.

 

Mani désinvoqua son double pour le réinvoquer à une certaine distance de l'entrée principale. Shin avait invoqué 2 couteaux de glaces pour le double de Mani, afin de ne pas risquer de perdre les machettes. Le double prit un caillou pour le jeter à une fenêtre. Bob et Théo invoquèrent leurs montures aux côtés du double de Mani. Devant cette menace démonstrative, une partie assez importante des renforts de Degolas partirent à l'attaque, une autre partie étant probablement restée en défense. Théo et Bob avait réussit à faire passer le double pour un dangereux guerrier invocateur.

 

Théo et Grunlek étaient de corvée pour tirer la charrette jusqu'à l'entrepôt à faux fric. Comme le bruit qu'allait faire la charrette était inévitable, le reste du groupe se jeta au combat. Une nouvelle fois, Eden surveillait. La louve pourrait participer au combat, elle en est capable. Mais qui sait quelle colère saisirait Grunlek si Eden était blessée, même légèrement...

 

Shin et Théo, en frères d'armes bien synchronisés, avait instinctivement un plan dans l'entrepôt; Shin créerait le + d'eau possible sur le sol de l'entrepôt. Théo patienterait jusqu'à ce qu'il y ait pas mal de gardes, en défense de Degolas, qui soient descendus voir ce qui se passe. C'est alors que ce bourrin colla son épée à la flotte, lâcha de l'électricité dedans. Quelques secondes + tard, il y avait une odeur de poulet grillé qui ne déplaisait pas aux sadiques du groupes, et même à Shin (qui avait accusé Grunlek d'avoir préparé le repas pendant le combat).

 

Le combat terminé et les être magiques désinvoqués (sauf pour les chevaux attachés une fois encore à la charrette), Degolas était à nouveau seul. Il avait beau essayé de fuir, c'était peine perdue. Théo intervint pour empêcher Fendelle, malgré ses envies, de torturer Degolas. Il souhaitait que Degolas soit juste attaché et suspendu au plafond comme un cochon. Il serait dénoncé à la police locale. C'est finalement cette décision qui est prise.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 21:54

Fendelle, douce rêveuse d'un côté et maitresse des ténèbres de l'autre, voulait jouer avec Degolas. Elle pronostiquait que c'était un pervers sexuel qui ne pense qu'au cul, et pour s'occuper de lui, elle serait mieux placée que Bob (qui s'est pourtant déjà illustré en orateur merveilleusement menaçant). Fendelle avait envie d'exciter Degolas puis de le décevoir. Elle a alors changé de tenue de travail, et demanda au groupe d'être moins esthétique qu'elle; espérant être convoquée pour des "heures sup'".

 

Ce soir là, Fendelle était demandée de rester jusqu'à 1 heure après la fin de son travail. Bob nouait une connexion mentale, tandis que Laurène permit au groupe de voir et entendre les mêmes choses que Fendelle, notamment la discussion suivante :

 

- Fendelle : [Voix attentionnée] Vous vouliez me voir ?? :)

 

- Degolas : [Retenu] Oui... Voilà... Je trouve que vous travailler très bien. Et d'ailleurs, je vous trouve très belle, aujourd'hui.

 

- Fendelle : [Souriante] C'est vraiment très gentil de votre part.

 

- Degolas : Je me disais... Vous pourriez vous faire bien + d'argent.

 

- Fendelle : C'est vrai que j'ai du mal à payer mes factures. Je suis souvent juste à la fin du mois...

 

- Degolas : Alors je crois que nous pouvons nous arranger... J'aimerais vous présenter à des amis à moi.

 

- Fendelle : Lesquels ?

 

- Degolas : Des gens sérieux qui ont un bon travail, certains mariés. Je pense qu'ils apprécieraient de discuter avec vous, et de parler de notre entreprise...

 

- Fendelle : Ou encore de ce qui passe à l'imprimerie après la fermeture ?

 

- Degolas : Quel est le rapport ? Je ne comprends pas.

 

- Fendelle : Je veux bien aider pour fabriquer de la fausse monnaie.

 

- Degolas : Hein ? Ahh, c'était pas de ça dont je voulais parler.

 

- Fendelle : Je l'ai décidé. Je connais votre vilain secret, et les pros de la finance seraient furieux s'ils apprenaient ce qu'il se passait.

- Degolas : Ahhh, euh... Mais... Vous ne savez pas à qui vous avez à faire !

 

- Fendelle : Tu imprimes de la fausse monnaie. Tes amis sont tes fournisseurs, et ensemble, vous vous occupez de faire des reproductions idéalement exactes. Tu n'as pas été discret pour cacher tes activités. Je sais pour ton traffique.

 

- Degolas : Attends, que...

 

- Fendelle : [Sortant Amphore, sa masse d'arme] J'ai les moyens de te faire connaitre l'enfer de la douleur. Ta seule option est de m'écouter. [Par contact mentale, Fendelle fit savoir aux aventuriers d'entrer. Les aventuriers se répartirent de façon à empêcher Degolas de fuir]

 

- Degolas : [Ayant un regard très inquiet]

 

- Fendelle : Tu viens juste de t'aperçevoir que j'ai des gardes que je commande. Je vais te faire une offre que tu ne pourras pas refuser. Tu continues ta petite vie. On se tait sur ton traffic. Nous voulons un peu de ta fausse monnaie, et afin que tu ne sois pas trop ruiné par ma demande, mon groupe collaborera pour agrandir ton commerce. Comme ça, tu verses notre commission, et comme ton commerce clandestin prospère, tu ne pourras te sentir de refuser notre part.

 

Après, tu peux chercher à te débarrasser de nous. Tu ne pourras pas, parce que si tu le fais et que tu réussis, ta part va à nouveau se réduire à ce que tu gagnais avant. Et aux yeux de tes collaborateurs, ils en déduiraient que tu n'es bon qu'à stagner et à toujours refaire la même chose sans progresser. Si ton commerce régresse à nouveau à notre départ, et si tes amis ne sont pas bêtes, ils en concluraient également que tu t'es enrichis sans leur verser une + grande part des bénéfices. Ensuite, ils se méfieraient de toi en pensant que tu les as largués. Il est très facile de se faire des ennemis.

 

Acceptes, et on ne sera pas ingrat. Acceptes pour nous mentir ou nous faire un coup dans le dos, et tu souffriras. Si tu refuses, la même chose se produira. Ta réponse ?

 

- Degolas : [Après une assez longue hésitation] J'accepte...

 

- Fendelle : Tu as pris la bonne décision. Tu ne seras pas déçu. Tâches de ne pas me mettre en colère. Bisous."

 

Degolas était hébété. Mani doutait de sa parole, songeant qu'il puisse se rebeller et envoyer un assassin ou faire venir des renforts. Il laissa un double en surveillance pour écouter, voir, et suivre Degolas, où qu'il aille.

 

Les aventuriers partirent se coucher. Mani fit un rêve terriblement réel. Il rêvait qu'il voyait Degolas préparer des choses sans chercher à partir. Plusieurs renforts en + était arrivés pour lui. Il semblait préparer de quoi accueillir les aventuriers. Quand les aventuriers furent tous bien réveillés le jour suivant, Mani prévenait le groupe que Degolas a prévu de manquer à sa parole.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Aventures
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche