Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 23:05

Il y a un rêve.

 

Dans ce rêve, j'étais dans la maison de ma grand-mère, dans le minuscule salon.

 

J'étais seul... Un individu + grand que moi étais juste à côté... + grand que moi, il était. C'était mon père. Il posa ses mains sur mes épaules. Mes pieds quittaient doucement le sol. Je ne vole pas, j'étais à quelques centimètres du sol. Mon père me parlait. Sans pouvoir restituer un mot, j'entendais sa parole et ressentais ce qu'il me disait. Il parlait longtemps, très longtemps, mais sans m'admonester ou me faisant la morale. Il me faisait comprendre quelque chose...

 

Soudain, une autre personne entrait dans la pièce, et mon père disparu instantanément, et mes pieds retouchèrent le sol sans que je tombe... On me prenait pour un dément... Ca me blessait... J'avais vraiment vu mon père, et personne ne me croyait... Je pleurais.

 

A mon réveil, à la fin de mon rêve, j'ai touché mon visage. Aucune trace d'eau salé, ni trace d'eau assèchée... J'ai pourtant vraiment pleuré dans mon rêve, mais pas dans la vraie vie... Le monde virtuel, le monde réel, et le monde des rêves s'entremêlent, dit-on... Je le crois.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 00:38

L'histoire concerne deux messieurs intelligents, aigris, mais apeurés par la mort. Tous deux, peut-être des frères, était de savants et puissants magiciens. Ils découvrirent le sortilège permanent de la liche, mort-vivant qui ne meurt pas, et dont les limite de leur invincibilité sont inconnus. Dans les légendes médiéval fantastique, une liche n'est jamais vaincu au hasard de la puissance ou d'un sortilège destructeur, tout au + peut-il s'agir de ralentir sa progression.

 

L'un des magiciens incanta pour la 1ère fois le sortilège, et un nuage violet naquit tourbillona en colimaçon dans le ciel noir sans étoiles. Ce nuage naissait derrière la tête du 1er magicien qui incanta ce sortilège. Le 2ème en fit de même.

 

La situation de lancement du sort complété, les deux magiciens ne virent aucun effet visible; comment savoir si le sortilège fonctionne ?

 

Les deux magiciens eurent alors l'idée de s'auto-mutiler. L'idée était effrayante. A la grande joie des nécromanciens, non seulement la mort est ignoré, mais de +, la douleur est ignorée. La réponse à leurs angoisses fut obtenu. Ont-il perdu la sagesse sur la fragilité de l'être humain ?

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 17:43

J'étais dans l'ancien appartement où je vivais.

 

Dans le salon, alors que je regardais le plafond, je voyais une certaine épaisseur d'eau, dont l'étendue prenait aini la surface de la pièce.

 

J'essaya puis parvins à sauter pour plonger dans l'eau. Mon rêve s'acheva tandis que j'en déduisais que si je ne voulais pas tomber de la piscine magique, je devais à tout prix éviter de nager vers le sol.

 

J'avais 6 ou 7 ans quand j'ai fais ce rêve. Plusieurs années après sortais Dark Project 1. Il devait s'appeler à la base Thief, puisque l'on incarne un voleur dans les règles de l'art, usage de la violence déconseillée envers tout être humain, même armé.

 

Dans un niveau, celui du manoir de Constantine, on peut trouver un jardin. Pour accéder au mini salon, vous devez passer par l'eau suspendu. C'est comme si la réalité réalisait mon rêve.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 14:44

J'ai rêvé que j'étais dans un batiment de thalasso spécial.

 

Entre chaque étage, il y avait un espace vide. Chaque étage du batiment était noir.

 

Au rez-de-chaussé, il y avait des bains à l'air libre.

 

Dans la salle ouverte où je me trouvais, il y avait 2 bains d'un extraordinaire longueur. Et quand à la largeur, elle était suffisante. Les baignoires étaient noires. Dans chacune, il y avait un bain moussant et accueillant.

 

Je me trouvais dans l'une de ces baignoires. Je me détendais. Une deuxième personne arriva, et s'installa dans l'autre baignoire, et s'y lavait volontiers. Chacun étant dans sa baignoire respective, nous discutions de beaucoup de choses.

 

Un peu plus tard, j'étais dans un parc où la végétation était inhabituelle et importés des pays chauds, pour encourager les client à s'y rendre après et/ou avant le bain.

 

La conversation continuait avec cette personne. Elle me dit au-revoir, me dit qu'un autre bain a été coulé à mon intention et que c'était de sa part, mais me dis un truc un tantinet ennuyeux envers ma personne : ne pas oublier d'aimer.

 

Cette phrase que je considère fleur bleu me créa quelques frustrations. Je profita néanmoins du bain gratuit qui m'a été offert contrairement au premier.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 18:51

Il y a deux ou trois jours, je ne sais plus trop, j'ai fais ce rêve terriblement réaliste.

 

Dans ce rêve, j'étais dans une salle de cours assez sobre, mais pas austère pour autant, ni très chaleureuse... Tiède on va dire.

 

Tandis que j'entrais dans la salle de cours, je vis une personne en particulier que je cotoie actuellement ( dans la vie réelle ). Pour en revenir à mon rêve, je voulais m'asseoir à sa table, juste à côté. Mais au moment où je m'approchais de sa table, la chaise libre, ainsi que les deux chaises de devant.

 

Je dus improviser pour m'asseoir 1 ou 2 tables plus loin, dans la mesure où la salle de cours est petite. Je l'ai ensuite regardé dans l'espoir que l'on m'aperçoive. Mais la personne en question ne m'a pas vu ou a-t-elle fait exprès de ne pas me voir.

 

Ravalant ma tristesse, je m'installa à une table libre. Mon rêve se termina ici.

 

Les idées ne manquent pas pour tenter de savoir ce qui se passe. Je pense avoir ressenti un soulagement d'avoir été oublié malgré ma déception. Me serai-je fais une raison sur ma propre nature ?

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 19:23

J'ai déjà rêvé que je disposais d'une propriété de taille modeste. La maison est assez grande, j'aime les endroits spacieux, surtot quand ils m'appartiennent.

 

Il y avait deux routes, une publique : les gens passent devant et ont une petite chance de connaitre mon mini-dmaine, et une deuxième ( une mini ) qui passe directement par mon relais avant de reprendre la route de campagne. J'avais une petite maisonette qui me permet de rester à côté de mon commerce au cas où du monde vient. De l'autre côté de la route

 

Comme il y avait du monde qui passait pour acheter et vendre, ma maisonette était fermé à clé. Je pouvais y voir beaucoup de choses en tout genre, et mon entrepôt était plein de trucs diverses. Parfois, il m'arrive de garder des choses que je cherchais, et les autres fois, j'achetais et vendais quand même pour avoir bien des choses à proposer et gagner ma vie.

 

Subitement, mon commerce s'arrêtais, l'affluence diminuait, signe que la nuit arrivait.

 

Je me retrouva soudain dans mon immense maison. Dans le salon, plusieurs que j'ai connu discutaient avec moi. Soudainement, je me retrouvais à chercher une petite fille qui s'aventurait n'importe où dans mon domaine, et surtout en jouant les escaladeuses sur ma maison.

 

A un moment donné, j'ai donc décidé de grimper les murs de ma maison. J'arrivé sur un toit en dome. J'avais réussi à trouver la gamine, et envisageait de l'expulser de mon territoire. Elle se tenait debout sur le centre du dôme. Sous ses pieds, il y avait une fenêtre qui supportait. Je reconnaissais d'ailleurs le toit comme étant celui de ma chambre.

 

Je demandais à la petite fille de redescendre calmement, et que depuis le toit, et lui indiquait également qu'elle peut mourir et que ce qu'elle a fait est dangereux. Elle m'a répondu qu'elle savait ce qu'elle faisait, et que je me faisais trop de souci. Je me résigna à la rejoindre pour la faire descendre. A mesure que je m'approchais, elle s'éloignait. Quand je fus sur ma fenêtre, elle éclata sous mon poids, et je tombais. La petite fille disparus : probablement une illusion.

 

Le rêve étant ce qu'il est, je n'ai pas eut à craindre des débris de verre, et tomba sur mon lit. Comme j'étais sur le dos, je pouvais voir à travers ma fenêtre cassée plusieurs étoiles. Je me relevais, et parcourus toute ma maison, y compris, l'extérieur, afin de tout vérifier. Je ne trouva personne. C'est comme si les personnes que j'avais vus n'existaient pas. Ce n'étaient que des esprits, et des consciences.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 23:07

J'étais dans un grenier fait de bois et poussiéreux. J'avais une soif immense.

 

J'aperçus à côté d'une cage blanche pour oiseau un seau. Je m'approcha, pour remarquer à ma plus grande joie qu'il y avait de l'eau. A ma plus gande déception, tandis que j'approchais mes lèvres, l'eau était pleine de mouches, tout juste bonne pour les chevaux.

 

Bien que j'avais une immense soif, mon rappel à la dignité m'imposa de ne rien boire. Je regardais ensuite autour de moi, je vis un assemblage de tuyaux d'aciers : c'était un alambic. Bien que pas forcément indiqué pour la filtration de l'eau, je versa le seau d'eau en haut de l'alambic puis le posa à la base.

 

L'eau nouvelle qui apparaissait dans l'eau était propre. Elle était belle. Elle était néanmoins verte clair, sentais le liquide vaisselle et était tiède, voire plutôt chaude.

 

J'avais soif, mais cette fois, vu l'apparence rassurante de l'eau, je me mis quand même à la boire. La soiffe à peine étanchée, mon rêve se termina. J'avais vraiment soif. 

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 19:03

Dans l'un des rêves que je vais vous raconter, j'étais presque comme Gulliver. Sauf que celà se passait au Moyen-âge fantastique.

 

Mes vêtements étaient essentiellement une armure en cuir. Je portais à mon poignet droit une arbalète de petite taille. J'explorais un village. Une maison pouvait faire à peu près la moitié de ma taille. J'avais la possibilité de faire régner mon oppression, mais n'en ais rien fait pourtant.

 

J'apprenais à connaitre le village et les gens qui y vivaient. Malgré ma très grande taille, les gens se montraient sympathiques à mon égards.

 

Comme les choses étaient plus facile pour ma taille, même les activités musculaires les plus compliqués n'étaient plus qu'une simple formalité. Ainsi, je pu démonter une mine. J'y ais touvé un petit âne noir, plus petit qu'une bille. Il tenait dans le creux de ma main.

 

Un air de flûte à bec résonna dans ma tête après avoir trouvé cet âne, et je me sentais étrangement mieux. Mon rêve s'arrêta après ma trouvaille.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 17:55

C'était un rêve qui se passait dans ma chambre. J'avais encore ce lit en matelas à même le sol.

 

Je dormais, et il n'y avait pas de couette. Puis un chuchottement semblait me parler, peut-être étais-ce le vent. Mon corps se rapprochait ensuite jusqu'à être bloqué au plafond, comme si le vent me poussait. J'entendis ce mot : "L'ordre". J'esayais de me décoller du plafond et de lutter contre la pression de l'air.

 

Puis le vent me plaqua au sol sur le dos. Je ne pu me relever et luttais encore. Pendant que je tentais de forcer le vent à me laisser tanquille malgré le plaquage, j'entendis un autre mot : "Le Chaos".

 

Puis, le vent semblait se calmer. Je fus porter en l'air, mais sans être ni au plafond ni au sol. Mon corps flottait à une bonne auteur, et mon corps soumis à aucune pression. Le vent me paru + juste. Un autre se fit entendre pendant que je flottais paisiblement : "Equilibre".

 

Mon rêve s'acheva. Le vent s'étais calmé.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 17:36

Mon rêve commençait quand j'étais sur le toit d'un immeuble. Plusieurs autres immeubles assez éloignés m'entouraient. En fait, le lieu où je me trouvais ne comportait que d'une dizaine d'immeubles.

 

Puisque je devais descendre d'urgence, je sauta du batiment. Je remarquais que je tombais très vite pour atterir en bas sans souffrir ! Mon vertige n'existait pas dans mon rêve. Je me sentais bien. J'avais besoin de fuir un groupe d'assassins, car eux aussi cherchaient le parchemin que j'avais trouvé.

 

Je me retrouva soudain au palais, où la reine me demanda le précieux papier qu'elle m'avait de trouver pour elle. Elle le prit, le lus puis me le remis en me remerciant de lui avor rendus service. Sa reconnaissance à mon égard me touchait, car la reine s'exprime en unissant un propos sans arrières-pensées mais toujours respectueux.

 

Le groupe d'assassin me retrouva mais je me résolu à lui remettre le parchemin. Ivre de bonheur, le groupe me laissa enfin tranquille. Je retourna voir la reine et me confondis en excuses devant elle. Elle me répondit que celà n'était pas grave. Le message ne peut être lu que par toute personne directement concernée, et qu'il ne peut en être autrement. Elle ajouta que l'essentiel était de l'avoir donné ce qu'elle cherchait, et qu'aucune vilainie ne peut permettre de comprendre le sens important du parchemin.

 

Finalement, il y a 3 protagonistes/groupe en scène lié à une situation philosophique. La reine représente la sagesse. Je représente le manque de connaissances, les assassins représentent la cupidité.

 

Je me sortis enfin de mon rêve. Je crois que la reine représente un certain respect du genre féminin, ainsi qu'un chef juste.

Repost 0
Published by regard-existence - dans Le monde des rêves
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de regard-existence
  • Le blog de regard-existence
  • : Dans ce blog, je tenterai d'exprimer ce qui a attiré mon attention et aussi ce qui m'interpelle ou que j'estime necéssaire. Je témoignerai de tel ou telle expérience ou pensée, et même de ce qui m'amuse aussi.
  • Contact

Recherche